Monet, Munch et Hodler à la Fondation Gianadda

Trois géants s’installent à la Fondation 300-59-70e18

La Fondation Pierre Gianadda offre un magnifique cadeau au public en ouvrant les portes d’une nouvelle exposition du 3 février au 11 juin 2017: « Hodler, Monet, Munch – Peindre l’impossible »

Ils ne se sont jamais rencontrés de leur vivant… et pourtant, le suisse Ferdinand Hodler, le français Claude Monet et le norvégien Edvard Munch se retrouvent réunis pour une exposition organisée par la Fondation Pierre Gianadda et le Musée Marmottan de Paris, en partenariat avec le Musée Munch d’Oslo.

Le point commun entre ces trois artistes contemporains, mais de générations différentes? Ils ont tous été des précurseurs en explorant l’impressionnisme pour le premier, le symbolisme pour les deux autres. Chacun d’eux a consacré une grande part de son travail à repousser la peinture au-delà de ses limites en représentant la nature dans ce qu’elle a de plus insaisissable, de plus difficile: la mouvance de l’eau et du ciel, la pluie, le soleil, les ondulations de l’herbe sous le vent, les tonalités changeantes de la montagne, les effets de neige réfléchissant la lumière…

Soixante chefs-d’œuvre, dont beaucoup sont présentés pour la première fois au public, nourriront ce dialogue pictural. Avec, parmi eux, une toile emblématique: le célèbre Impression, soleil couchant de Monet, qui a laissé son nom à l’impressionnisme, et qui sera présent à la Fondation du 9 mai au 11 juin.

Cette exposition originale et riche met en perspective la personnalité et le travail de ces trois artistes qui avaient pour obsession de peindre l’impossible, l’imperceptible, en empruntant chacun un chemin différent. Après avoir été présentée à Paris où elle a fait l’unanimité autant auprès du public que de la critique, l’exposition fait escale à Martigny qui débute l’année de manière éblouissante.

 

Martine Bernier

 

Hodler, Monet, Munch, Du 3 février au 11 juin 2017, Tous les jours de 10 h à 18 h
A la Fondation Pierre Gianadda de Martigny

Cet article a été diffusé dans le magazine romand  Générations de février 2017.

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.