Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 12 mars 2017

Parmi les souhaits que j’aimerais réaliser lorsque j’aurai pris ma retraite, il en est qui figure dans ma liste depuis longtemps: apprendre à coder en langage informatique.
J’avais commencé à apprendre les rudiments du langage Basic à l’époque des premiers ordinateurs Commodor, mais mon emploi du temps ne m’avait pas permis de me consacrer suffisamment à cet univers qui demande vraiment de la concentration.
Aujourd’hui, je sais qu’il existe de bons cours en ligne, et cela me tente de plus en plus…

Un matin de cette semaine, alors que je commençais à écrire mon texte du jour sur Ecriplume, un bug interrompt mon travail tandis qu’un message d’erreur m’indique qu’il n’est plus possible d’accéder à la base de données du site.
Hum.
Je réessaye sans résultat.
Il était à peine plus de 6 heures du matin, mais je me connecte sur le site de mon hébergeur où il est possible de rentrer en contact avec un technicien informatique « quelle que soit l’heure » nous dit-on.
Première constatation: c’est vrai!
Une conversation instantanée débute par « chat », et j’explique mon souci à mon interlocutrice.
En anglais… car il semblerait qu’il n’y a pas de francophone dans l’équipe, du moins à cette heure très matinale.
Dans un premier temps, j’apprends que le problème vient bien de mon blog et que, pour le régler, je vais devoir changer une ligne dans le programme de configuration.
Gloup…
J’ai trois lignes de consignes et la conversation se termine.
J’ai l’impression de me glisser dans la peau d’Indiana Jones auquel on a confié un canif pour s’attaquer au monstre à sept têtes.
Première difficulté: trouver le chemin pour éditer ce programme en question.
Et première petite victoire: c’était plutôt simple.
Je clique sur ledit programme et je vois apparaître une longue, très longue suite de codes…
Une petite recherche automatique sur l’un des mots que je dois modifier me permet d’arriver à la ligne responsable de mon souci.
Comme tout le monde, je sais que le moindre signe inexact peut empêcher le bon fonctionnement d’un programme, même s’il ne s’agit que d’un simple point.
Je m’applique donc à recopier la ligne soigneusement, puis à enregistrer.
Je réessaye et… rien!
Même message d’erreur.
L’heure tourne, le travail m’attend, je ne vais pas pouvoir passer trop de temps sur Ecriplume…
Mais je retourne examiner la phrase de la discorde… pour découvrir qu’il manque une apostrophe servant ici de guillemet.
Je corrige, le coeur battant, j’enregistre et… ça marche!
J’ai pu poster mon texte du matin…
Mais cet embryon de victoire m’a remis en tête mon désir d’apprendre à coder.
Car si j’ai pu corriger l’erreur en suivant les consignes données, je ne sais absolument pas ce que veut dire cette suite de mots et de signes que j’ai dû introduire…
Oui, je sais, c’est  peut-être complètement inutile dans mon cas.
Mais lorsque l’on sait qu’à une époque de ma vie j’avais appris à reconnaître certains hiéroglyphes… je me dis que la démarche n’est pas plus bizarre!

Martine Bernier