Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 30 août 2018

Mardi soir.
En début de soirée, le téléphone sonne.
Mon Capitaine décroche et je l’entends saluer le vétérinaire qu’il me passe ensuite.
Celui-ci vient prendre des nouvelles de Pomme.
Il s’est absenté quelques jours et c’est son épouse, vétérinaire elle aussi, qui a pris la relève des soins.
Je lui explique où nous en sommes et lui rappelle que nous devons venir le voir ce mercredi.
La conversation dure quelques minutes.

En raccrochant, j’étais touchée.
J’ai eu la chance d’avoir toujours pu compter sur d’excellents vétérinaires lorsque j’habitais en Suisse.
Ici, c’est toujours le cas.
Mais il y a un petit plus…
Non seulement la compétence est au rendez-vous, mais s’y joint une notion d’humanité et de dévouement exceptionnel.
L’état de santé de Pomme n’est pas encore revenu à la normale.
Malgré tous les soins et toute l’attention dont nous l’entourons tous, elle a du mal à remonter la pente.
Ce qui me rassure?
Que la personne qui la soigne s’en inquiète comme s’il s’agissait de son propre chien.
C’est une chance que j’apprécie bien plus que je ne peux le dire…

Mercredi matin: nous nous rendons au rendez-vous.
Pour Pomme, il faut encore un peu de courage: son pansement lui est retiré, puis elle subit une dernière radio.
Mais les nouvelles sont bien meilleures: elle se remet!
Elle est toujours très fatiguée, continue à se laisser nourrir et abreuver sans faire l’effort de se servir seule, mais ses fonctions vitales sont rétablies et elle redevient un peu malicieuse.
Nous passons un long moment dans le cabinet du vétérinaire, à discuter avec lui de tout ce qui vient de se passer.
Un débriefing pour chacun de nous tandis que Pomme ne rêvait que d’une chose: quitter le cabinet et retrouver la quiétude de la maison!
Quant à son sauveur, nous lui vouons une reconnaissance éternelle!

Martine Bernier