septembre 2018
L M M J V S D
« Août   Oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories

Catégories

Archives mensuelles : septembre 2018

Samedi midi.
Aurélien, 4 ans, qui passe le week-end chez nous avec son papa, prend une baguette magique, la dirige vers mon fils et annonce:
– Abracadrabra, je veux que Papa soit transformé en grenouille!

Puis il vient près de moi et recommence l’opération en disant:

– Abracadabra, je veux que Mamitine soit tranformée en…

Moment d’hésitation..

… en Ementhal!

Fou rire général.
Par la suite, il a précisé qu’il s’agissait de son fromage préféré.
Ah bon.
Sacrée meule…

 

Martine Bernier

19 heures.
Au poulailler, presque tout le monde est rentré: mes quatre Boulettes, Bulle et Neige.
Mais impossible de trouver la gracieuse Kiwi.
Cette petite poule hollandaise est très particulière.
Elle recherche ma présence, est très familière comme la plupart des demoiselles de sa race, et affiche une personnalité très douce et attachante.
Dans l’enclos que j’arpente en tous sens à sa recherche, je n’arrive pas à la trouver, mais je l’entends.
Elle a une toute petite voix et elle semble appeler.
Mais impossible de la repérer.
Réalisant que j’ai un problème, mon Capitaine me propose de m’aider et se met à chercher lui aussi.
Au bout de quelques instants, il annonce: « Elle est là »

Mais… où?

Il me désigne l’arbre sous lequel je fouille depuis un bon quart d’heure.
Elle est là, oui… perchée sur une branche.
Mon Capitaine la prend et la pose sur ma main:
– Kiwi… qu’est-ce que tu faisais là-haut? Je n’avais pas réalisé que tu savais voler… J’ai cru t’avoir perdue… Viens, nous allons rejoindre les autres.

Mon Capitaine nous a regardées nous éloigner et m’a dit:
– Il va falloir que tu la laisses venir près de toi dans ton bureau si elle s’ennuie!

Le lendemain, Kiwi semblait plus à l’aise.
La paix revient au poulailler.
Toutes mes poules investissent l’entièreté de l’enclos, commence doucement à se mélanger sans s’agresser
Encore quelques jours et j’espère qu’elles oublieront qu’elles font parties de deux tribus distinctes…

Martine Bernier

Je tiens à faire savoir à la très nombreuse famille de la guêpe qui a eu la mauvaise idée de me piquer un soir de cette semaine qu’elle ne rentrera pas pour le dîner.
Et, par la même occasion, j’aimerais que les membres de la communauté des guêpes de Franche-Comté sachent que, cette fois, elles ont été trop loin.
Prendre ma chevelure pour une piste d’atterrissage, la squatter et m’agresser lorsque je décide d’en déloger l’intruse est parfaitement inadmissible.
Si, jusqu’ici, j’ai toléré notre cohabitation, même si je trouve la présence de ces indésirables  d’un parfait sans-gêne, sachez que les prochaines visiteuses indésirables et agressives ne seront pas bien reçues.
Et quand je dis « pas bien reçues », c’est un euphémisme.
Trop, c’est trop.
A bon entendeur…

Martine Bernier