novembre 2018
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Archives mensuelles : novembre 2018

Je le dis souvent: une bibliothèque est une entité vivante, qui évolue avec le temps, en fonction des goûts et des intérêts de ses propriétaires.
La mienne, depuis qu’elle a fusionné avec celle de mon Capitaine a beaucoup grandi, et continue de le faire.
Des pièces entières de la maison lui sont dédiées, des aménagements ont été réalisés pour qu’elle puisse recevoir les livres sans se retrouver trop rapidement à saturation.
Depuis longtemps pourtant, je suis confrontée à un  problème  bien particulier.
Je pense ne pas faire exception: il n’y a pas que des livres dans ma bibliothèque.
Je garde également certains magazines d’art, d’histoire, d’informatique, de philosophie, etc, et des hors-séries qui m’ont captivée.
Lorsque vous n’en avez que quelques-uns, c’est faisable.
Lorsque vous en avez beaucoup, cela devient compliqué, d’autant qu’ils prennent la place qui pourrait être réservée à d’autres livres.
J’en ai donc parlé à mon Capitaine qui, comme à son habitude, a trouvé une solution: consacrer un petit pan de mur de la véranda à une bibliothèque sur mesure édifiée spécialement pour recevoir ces hôtes de papier.
Elle serait composée de compartiments qui faciliteront la tenue et le classement des magazines.
Aussitôt dit, aussitôt fait: son ami menuisier est venu prendre quelques mesures, et nous attendons l’arrivée de notre nouvelle recrue.
Ce qui me permettra au passage de profiter de l’occasion pour effectuer un classement informatique par sujets… et d’offrir un nouveau visage à la bibliothèque de mon bureau qui sera soulagée d’une partie de son contenu.
Oui… une bibliothèque n’est décidément pas une entité dormante…
Avoir le privilège de s’occuper de l’une d’elles est passionnant!
Seule restriction: il ne faudra pas, lorsque je rangerai la dernière arrivée, que je relise chaque magazine avant de le poser, sans quoi cela risque de durer quelques mois…

Martine Bernier


Je fais partie de ceux qui ne mettent jamais de musique en fond sonore.
Lorsque je passe un disque, c’est parce que j’ai réellement envie de l’écouter, pas pour meubler.
Cette semaine, c’est dans cette optique que j’ai lancé la chanson »L’encre de tes yeux » de Francis Cabrel, que je n’avais plus écoutée depuis longtemps.
Elle est sortie en 1980 et je l’ai aimée dès la première écoute.
Presque 40 ans après, dès que les premières notes ont résonné, j’ai été bouleversée par ce texte ciselé et cette musique envoûtante.
Cette chanson n’a pas pris une ride.
C’est tout le talent de cet artiste que j’ai vu deux reprise sur scène et qui m’a touchée par son authenticité…

https://www.youtube.com/watch?v=82g1GtNeNT0

Dimanche matin.
Je suis dans mon bureau où je veux m’atteler à une tâche compliquée pour moi: écrire en anglais une lettre destinée à l’administration américaine.
Je m’applique en me contraignant à faire abstraction du désordre qui m’entoure.
La semaine a été riche en écrits pour lesquels j’ai eu besoin de documentation… que je n’ai pas rangée sachant que je reprendrais ce travail le lundi.
Sur une pile de livres et de magazines, je pose une boîte d’archives dans laquelle se trouvent des documents dont j’ai besoin pour ma fameuse missive.
Je continue à écrire lorsque j’entends un grand boum.
La boîte, en équilibre instable, est tombée à cinquante centimètres du panier où Pomme faisait sa sieste.
Elle me lance un regard indigné plus parlant que le plus long des discours.
Très gênée, je ramasse l’objet du délit en m’excusant:
– Je suis désolée, Pomme… Mais bon, la bonne nouvelle, c’est que cela ne t’a pas touchée!
Visiblement furieuse, elle continue à me fusiller du regard.
– Ca va, j’ai compris… je vais ranger mon bureau. Si, si, c’est promis: je m’y mets dès que j’ai terminé!
J’ai tenu parole. 
A midi, il n’y avait plus de piles à l’horizon?
Tout était rangé, net.
Que ne ferait-on pas pour obéir à son chien…

Martine Bernier