Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 3 janvier 2019

J’ai réalisé l’année dernière que mon Capitaine aimait bien les films d’Hitchcock.
Il a d’ailleurs un faible, en règle générale, pour les vieux film noir et blanc.
Forte de cette observation, je lui ai offert un coffret  des films du « maître du suspense »,  à déguster au fil du temps.

Depuis quelques jours, donc, lorsque nous sommes en tête-à-tête, nous visionnons l’un de ces films.
Lorsque j’étais enfant, ces derniers me terrifiaient.
Je tremblais à la moindre ombre se faufilant derrière les personnages que je considérais tous comme des victimes potentielles.
Par la suite, je n’avais jamais eu l’occasion de revoir ces films.
Depuis qu’Alfred  Hitchcock s’invite dans notre salon, je savoure cette redécouverte, mais je ne perçois plus son travail de la même façon, évidemment.
Les histoires me semblent longues à démarrer les dialogues ne sont plus aux goûts du jour.
Mais j’aime ce côté désuet, ce reflet d’une époque… et la redoutable psychologie du réalisateur provoque toujours des émotions.
Son art?           
Manipuler les spectateurs en introduisant de une tension qui monte crescendo et qui est souvent désamorcée par des pointes d’humour.
Je ne frissonne plus en regardant ces films, ou du moins pas ceux que nous avons revus pour le moment.
Mais il est difficile de s’en lasser…

Martine Péters