Catégories

Je ne suis pas la seule à attendre le printemps avec impatience…
Ce mercredi, sur la route, j’ai vu mon premier arbre en fleurs… mais cette vision a été fugitive: dans la journée, que nous passions en famille, tous les temps d’hiver se sont donnés rendez-vous: neige, grésil, pluie, vent…
Jeudi, rebelote: comme toutes les journées de la semaine, celle-ci a été particulièrement humide et venteuse, au grand désespoir de mes petites poules.
Pour elles, les seuls moments de grâce dans ces journées difficiles sont ceux où je leur rends visite avec des friandises.
Mais plus la journée avançait et plus j’avais pitié d’elles…
A 17 heures, elles étaient tellement trempées que je les ai invitées à rentrer au poulailler.
L’accès a beau y être libre, elles ne rentrent pas si le soir ne tombe pas où si je ne les encourage pas à le faire.
Ce soir-là, il était plus tôt que prévu, mais je ne pouvais pas les laisser sous la pluie qui redoublait encore d’intensité.
Lorsque j’ai réussi à rentrer tout le monde, je les ai regardées.
J’avais devant moi une collection de serpillères dégoulinantes et vociférantes.
Pour leur remonter le moral, je leur ai servi leur repas du soir « au lit », en leur présentant une assiette remplie de graines qu’elles sont venues picorer à ma hauteur.
Puis je leur ai parlé et leur ai laissé un peu de chauffage pour que leurs plumes sèchent durant la nuit.
En les quittant, je leur ai expliqué: « Encore un peu de courage… on annonce le retour du printemps pour la semaine prochaine! »
Je ne sais pas si cela les a réconfortées…

Martine Péters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *