avril 2019
L M M J V S D
« Mar   Mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Lundi.
Dans la matinée, au cours de l’une de mes nombreuses visites quotidiennes au poulailler, je me prépare à offrir à mes protégées leur friandise de la journée: des ver de farine déshydratés.
Pour cela, je vérifie toujours que les sept poules sont bien là et qu’aucune ne se trouve en retrait.
Mes deux petites pondeuses du moment, Praline et Bulle, font partie des premières à accourir à mon appel.
Je les compte: tout le monde est là… sauf une.
Chine est introuvable et ne me répond pas alors qu’elle est d’habitude très curieuse.
Par acquis de conscience, je jette un regard dans le poulailler… et je la trouve dans le pondoir.
Chic! Une troisième poule recommence à pondre!
Je m’en vais sur la pointe des pieds, remettant à plus tard ma distribution.
Une demi-heure après, elles sont à nouveaux toutes les sept dans l’enclos, débordante d’enthousiasme devant les vers de farine que je leur offre.
Je profite du festin pour aller chercher mon butin dans le pondoir et j’en ressors… avec trois oeufs, alors qu’il n’y en avait pas ce matin-là.
Ce qui veut dire que Chine, Bulle et Praline ont toutes trois pondu, et au même endroit.
Triomphante, je ramène ma récolte à la maison.
L’après-midi, alors que je retourne une fois de plus m’assurer que tout va bien au jardin, je réalise qu’une autre poule manque à l’appel: Praline, ma jolie Pékin noire.
Je l’appelle, inquiète, et retourne dans le poulailler.
Et je découvre ma fugitive dans le pondoir!
Mais!!!
Si ce n’est pas elle qui a pondu ce matin, qui a fait le troisième oeuf?!
Mystère…
Il va falloir que je sois attentive: j’aime savoir qui remercier lorsque l’on me fait un cadeau!

Martine Péters

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *