Catégories

Archives mensuelles : mai 2019

Première rose de l’année… une Winchester Cathedral qui a muté!

Je l’attendais avec impatience…
La première rose du jardin s’est ouverte ce lundi 9 mai, splendide… et très déroutante.
Ceux qui connaissent les roses seront perplexes de savoir qu’il s’agit d’une Winchester Cathedral…
Hé oui… 
Pourquoi suis-je étonnée? 
Parce que voici à quoi ressemblent les Winchester Cathedral et à quoi

ressemblait mon rosier l’an passé à sa première floraison.
Les fleurs sont blanches et mousseuses, à des années-lumière de cette rose mutante!
Seul point commun: un parfum capiteux…
Ce rosier, comme la majorité des autres présents dans la roseraie, est couvert de boutons.
Et l’un d’eux me promet une autre surprise: le voici.

Il semblerait qu’il s’apprête à éclore dans une tout autre couleur.
Cette mutation a commencé l’an dernier lors des deuxièmes et troisième floraison.
Mme Schusselé, qui règne sur un jardin magnifique à Ollon (Suisse), m’a expliqué qu’il arrive que réapparaisse  la fleur mère d’où provient le rosier qui est un croisement.
Celui-ci reste donc un rosier surprise pour moi… 
Mais je ne m’en plains pas: j’ai un autre Winchester Cathedral qui sera peut-être plus classique!

Martine Péters

 

La lecture à haute voix continue le soir.
Je lis  pour mon Capitaine, ce qui nous permet de partager le même livre et d’en parler.
Le passionnant premier ouvrage consacré aux empereurs qui ont régné sur la Chine est ardu par la complexité des noms et des termes chinois.
Parallèlement, nous avons donc décidé d’entreprendre un deuxième livre consacré aux archives de la police « Dans les secrets de la police », ce qui nous permet de souffler un peu entre deux chapitres du précédent.
Un soir de cette semaine, je lisais le chapitre consacré à la Bastille.
Et j’ai craqué pour deux anecdotes que je ne résiste pas à partager:

Voltaire a fait deux séjours à la Bastille, en 1717 et en 1726. 
Il y a été traité avec beaucoup d’égards, à tel point que le bienveillant Régent lui a proposé sa protection.
L’homme d’esprit lui a répondu ceci:
« Je remercie Son Altesse Royale de vouloir continuer à se charger de ma nourriture, mais je la prie de ne plus se charger de mon logement. »
Autre bon mot qui celui-ci est relaté par Simon Nicolas-Henri Linguet dans ses « Mémoires de la Bastille », en 1783:
– A qui ai-je l’honneur de parler?
– Je suis, Monsieur, le barbier de la Bastille!
– Hé! Que ne la rasez-vous pas?

Martine Péters


Chaque femme le sait: les armoires garde-robe et autres dressing demandent une attention constante.
Si elles ne sont pas contrôlées et reprises en main régulièrement, elles débordent facilement.
Je n’échappe pas à cette règle;
Lorsque j’ai constaté que la barre en bois de ma penderie ployait sous le poids des vêtements, j’ai appelé mon Capitaine à mon secours.
En moins d’une heure, il avait réglé le problème en vidant entièrement le contenu de l’armoire sur le lit, en changeant la barre et en la consolidant.
Ne restait plus pour moi que de remettre les choses en place, profitant de l’occasion pour changer les cintres et n’adopter que ceux qui sont recouverts d’un velours « antiglisse », mettant au repassage les vêtements froissés et me séparant de ceux que je ne porte plus.
Devant la réussite de l’opération, j’ai décidé, dès le lendemain, de m’attaquer à la deuxième armoire, renouvelant minutieusement les mêmes gestes.
Les efforts consentis valaient la peine…
A présent, il faut passer à la seconde étape… le repassage.
Soupir…

Martine Péters