Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 19 mai 2019

Je ne suis pas du tout attirée par les nains de jardin et les décorations guimauve que l’on trouve sous certains feuillages domestiqués.
A une exception près qui vient confirmer la règle…
Il y a quelques années, mon fils m’a offert un lutin, ou plutôt une lutine assise sur une coccinelle.
Le tout est en plâtre et a passé beaucoup de temps sur notre balcon lorsque mon Capitaine et moi habitions en Suisse.
L’objet en question a bien sûr fait partie du déménagement et a trouvé sa place sur une pierre, au pied des plants de tomates.
Le soleil et les intempéries ont fait leur oeuvre:  les couleurs ont passé, e sont écaillées, mais la lutine était toujours bon pied bon oeil.

Jusqu’au jour où, il y a quelques mois, elle est tombée et s’est brisée la tête.
J’ai appelé mon Capitaine à la rescousse et il a amené ma statuette dans son atelier pour « l’opérer ».
Quelque temps plus tard, je la retrouvais intacte, comme si elle n’avait jamais eu à subir le moindre accident.
Cette semaine, je me suis décidée à raviver ses couleurs.
En la soulevant, il m’a semblé qu’elle était un peu lourde, mais je n’y ai pas vraiment prêté attention.
J’ai sorti mes pinceaux, mes couleurs, et j’ai commencé ma rénovation, laissant reposer une nuit après la pose de chaque couleur.
Lorsque je suis arrivée à la robe, j’ai réalisé que la couche de peinture ne tenais pas malgré mes efforts.
J’ai montré à mon capitaine le problème qui était le mien, et il a dit:
– Ah oui… c’est le ciment.
– Le ciment?! 
– Oui, j’ai coulé du ciment dans ton « guigui » pour le solidifier. Puis j’ai fait une armature métallique pour que la tête retrouve sa place et tienne.

Moi qui croyais qu’il s’était contenté de la recoller… c’est à une véritable reconstruction qu’il a procédé…
J’ai été incroyablement touchée de voir les efforts qu’il avait mis en oeuvre pour redonner vie à mon « guigui », comme il dit.
En ce moment, ma lutine change de couleur de robe, mais arbore une mine resplendissante

La coccinelle et la fraise qu’elle tient dans la main sont à nouveau d’un rouge coquelicot, autant de couleurs d’extérieur qui devraient tenir bon pendant quelque temps.
Elle retrouver sa vocation première de lutine de jardin…

Martine Péters