Catégories

Vendredi, fin de journée.
Je m’apprête à rendre visite à mes poules une dernière fois avant l’extinction des feux pour la nuit.
Mais au moment d’ouvrir la porte fenêtre de la véranda qui donne du côté du poulailler, je réalise que, sur le gravier qui se trouve devant mon bureau, se déplace une forme que je ne connais pas.
Je me rapproche de la vitre flanquée de Pomme surexcitée, et je découvre… un hérisson.

Un bel hérisson adulte qui visite tranquillement les lieux.
C’est la première fois que j’en vois un autour de la maison, et sa présence me fait vraiment plaisir.
Je sais qu’il y en a de moins en moins… et je sais aussi que s’ils élisent domicile dans le jardin, ils ne risqueront rien.
Mon Capitaine a gardé Pomme à l’intérieur et je suis sortie comme prévu.
Je sui restée à bonne distance de notre visiteur pour ne pas le déranger, me contentant de prendre une ou deux photo avec le petit zoom de mon appareil.
Puis je suis entrée dans l’enclos des poules et c’est là que je l’ai vu y entrer lui aussi… en passant je ne sais comment pas le grillage pourtant solide et bien planté dans le sol.
Il a parcouru une partie du premier enclos d’un pas décidé et est allé se réfugier sous l’une des maisonnettes que mon Capitaine a construite à l’intention de mes protégées.
Elle les protège du soleil en cas de forte chaleur et leur permet d’avoir les pattes bien au sec quand il pleut.
Je ne suis pas allée le voir de plus près, toujours pour ne pas l’ennuyer.
Je suis repartie en espérant qu’il aura eu la bonne idée de rester dans cet immense territoire que représente pour lui le jardin, sans avoir l’envie de s’aventurer sur la route.
Le lendemain, il n’était plus là.
Enfin je crois…
Pomme, elle, a passé les trois quarts de sa sortie matinale à partir sur sa trace.
Ce n’est que dimanche matin que nous l’avons revu, devant la véranda.
Il est allée se réfugier dans les plantations de tomates où mon Capitaine s’est empressé de lui improviser un abri avec trois pierres.
J’aime savoir que le jardin est un havre de paix pour toute sorte d’espèces…

Martine Péters


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *