Catégories

Catégories

Archives mensuelles : janvier 2020

Mardi.
Depuis la veille, j’étais inquiète.
Pas pour moi, non: pour mes poules!
La météo annonçait de forts coups de vent sur la région.
Le vent est le seul phénomène météo contre lequel il m’est presque impossible de les protéger, si ce n’est en les enfermant dans le poulailler, ce qui n’est pas une solution satisfaisantes pour elles.
Hors des périodes de ponte, mes mini poules ont horreur de rentrer dans leurs appartements dans la journée.
Seule Neige s’y réfugie pour faire la sieste et s’aménager un coin qui lui convient.
Je n’ai donc pas d’autres choix que de les laisser sortir, sachant qu’elles ont à disposition plusieurs maisonnettes et autres refuges naturels pour se protéger des intempéries.
Seulement voilà…
Ce mercredi matin, le vent était bel et bien au rendez-vous, et en force.
Un souffle puissant et tourbillonnant qui semblait s’amuser de mes petites poules bousculées dans tous les sens.
Je suis sortie un nombre incalculable de fois dans la journée pour les réconforter, les protéger, les nourrir.
Elles tombaient comme des fétus de paille en courant vers moi, poussées par ces bourrasques contre lesquelles elles ne pouvaient pas lutter.
Finalement, épuisées après cette journée éprouvante, elles ont accepté de rentrer dans la quiétude de leur poulailler.
A l’abri, confortablement perchées, elles ont commencé à parler toutes en même temps, comme pour m’exposer le récit de cette journée troublée.
Je leur ai répondu, doucement, compatissant à leurs malheurs.
En quelques secondes, la paix est revenue sur le poulailler… tandis que dehors, le vent soufflait toujours.

Martine Péters


J’aime bien les produits Roger Gallet… 
Mes préférés restent l’extrait de Cologne Rose Mignonnerie et l’eau fraîche parfumée Rose.
Mais, depuis plus de deux ans que nous sommes ici, j’ai eu l’occasion de tester à trois reprises un autre extrait de Cologne qui, à chaque fois, m’a séduite au point que je me le suis procuré.
Il s’appelle Néroli Facétie…
Pour mémoire, l’essence de néroli est produite à  partir de la fleur du bigaradier, arbre produisant l’orange amère.
Le parfum de ses fleurs est réputé en parfumerie et classé dans la faille des hespéridés avec un fragrance rappelant la bergamote.
Roger Gallet  a donc confié à son parfumeur attitré Fabrice Pellegrin, le soin de créer cet extrait d’eau de Cologne à base d’essence de Néroli et de bergamote, mais aussi d’absolus de fleur d’oranger et d’immortelle, ainsi que d’essences précieuses de mandarine, de petits grains de Bigarade, d’essence de vetivier, d’extraits de graines d’angélique, d’essence de bois de cèdre et d’absolu de jasmine Sambac (jasmin).
87,8% de ces ingrédients sont d’origine naturelle.
Très forte pour la mise en scène et le marketing de ses produits, la marque associe ici l’espièglerie et la drôlerie à cette fragrance.
Pour ma part, j’ai été frappée par la fraîcheur très particulière de cette eau de Cologne apaisante nouvelle version.
C’est surprenant, de bonne tenue, léger et rappelle les parfums des pays bordant la Méditerranée. ..

Martine Péters 

L’évolution de la mode féminine de 1867 à 1970, c’est ce que montre l’image ci-contre que je n’ai malheureusement pas pu agrandir.
Cette illustration m’a attirée, car elle montre bien la transition entre la tradition des robes longues et le raccourcissement des jupes jusqu’au chevilles, dans un premier temps, à mi-mollet ensuite, sous le genou et, révolution totale, au-dessus du genou.
Une évolution d’abord très lente, qui a ensuite explosé avec des tenues de plus en plus « libérées ».
Mais si l’on regarde bien ces silhouettes et ces vêtements, il est facile de constater que certains de ces modèles et de ces coupes reviennent au goût du jour, et surtout au goût des femmes, des années après leur première création.
La mode est un éternel recommencement…

Martine Péters