Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 28 janvier 2020

Vert pétrole

Les couleurs me fascinent, mais me jouent parfois des tours qui ont le don de me plonger dans des océans de perplexité.
Je m’explique.
Je l’ai déjà dit: si j’aime la couleur verte dans la nature, il n’y a que de rares exceptions où je l’apprécie dans la maison ou sur un vêtement.
Parmi ces exceptions se trouve la teinte appelée « vert pétrole ».
Dans le monde du textile notamment, certains vêtements sont vendus mentionnant cette couleur.
Tout allait bien dans le meilleur des mondes lorsque je l’ai cherchée sur Internet.
Si quelques posts et photos parlent d’elles, la grande majorité en fait abstraction au profit du… bleu pétrole, autre couleur dite de fantaisie.
Mais, franchement… regardez-la bien ci-dessous.
Franchement, la trouvez-vous bleue ou verte?
Même en sachant qu’elle se décline sous toute une gamme de teintes tirant en effet parfois plus vers  le bleu, avouez que celles-ci sont aussi vertes que celles du dessus!
Je me retrouvais exactement dans le même cas de figure que pour le vert et le bleu canard.
La définition qu’en donne Wikipédia montre, à l’aide d’exemple, que ce fameux bleu pétrole  voyage allègrement du vert au bleu en passant par le noir portant pourtant le même nom sous forme de fil à broder.
Pourquoi appeler « bleu » une couleur qui est un vert ou même un noir?!
Le noir étant plus logique vu que c’est la couleur du pétrole, notez…
J’étais d’autant plus perplexe que le phénomène ne daterait pas d’hier: on retrouve des traces de la description de cette teinte dès 1913.
C’est étonnamment dans Wikipédia (qui s’en réfère au livre d’Annie Mollard-Desfour « Le Bleu: Dictionnaire des mots et expressions de couleur XXe et XXIe siècle » CNRS Editions) que j’ai enfin trouvé une réponse agaçante mais satisfaisante.
L’article dit ceci: « Comme dans le cas du bleu électrique inventé quelques années plus tôt, ne se réfère pas à la couleur d’un objet, mais évoque vaguement un phénomène moderne.« 

L’art et la manière de faire n’importe quoi…

Martine Péters

Bleu pétrole