Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 1 mars 2020

Depuis que mon Capitaine a terminé le grand abri anti-intempéries qu’il a destiné à mes mini poules, la vie de celles-ci a changé.
Fini d’être exposées au vent et aux intempéries lorsqu’il y en a.
Fini de voir la nourriture inondée par la pluie.
Fini de se disputer par qu’il n’y a que trois points de nourriture alors qu’elles en voudraient chacune une privée.
Désormais, elles peuvent s’abriter à leur guise tout en voyant ce qui se passe à l’extérieur grâce à une petite partie vitrée, et peuvent choisir de picorer dans les assiettes ou dans l’une des nombreuses moitié de noix de coco remplies de graines fixées à leur hauteur.
Et quand elles ont envie de prendre un bain de sable, il leur suffit de se vautrer goulument dans le sable couvre-sol.
Décidément très gâtées, mes poules décident le matin de ce qu’elles ont envie de faire dans la journée.
Une fois sortie du poulailler, elles se dirigent vers le grand abri, mangent, puis, s’il fait beau, partent en procession vers le deuxième enclos, plus herbeux, où elles s’en donnent à coeur joie sur la pelouse ou sous le couvert des arbres.
Comme certains arbustes des haies recommencent à verdir, elles sautillent pour attraper les jeunes pousses, ce qui nous offre un spectacle hilarant.
Lorsque nous sommes dehors à nous occuper du jardin, elles suivent le moindre de nos faits et gestes, guettant le moment où mon Capitaine leur apportera un ver de terre.
Leur grand espoir serait que nous déplacions la clôture souple pour leur permettre de se déplacer dans la roseraie.
Mais nous savons qu’il ne leur faudrait pas longtemps pour semer la pagaille dans les plate-bandes…
Seule Pomme a donc le droit de se balader où elle veut.
Les rosiers sont rassurés.

Martine Péters