Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 13 avril 2020

Mes mini poules n’ont pas fini de m’étonner…
Jeudi soir.
Je me rends au poulailler pour procéder au coucher de ces demoiselles.
Comme d’habitude, je pose délicatement sur un perchoir Kiwi et Neige, mes deux  poules hollandaises,  avant de laisser entrer la petite troupe.
La plupart grimpe et s’installe, mais je continue à donner un coup de pouce à Kiki et Tina, qui faisaient partie de l’élevage de mon fils avant qu’il ne nous les confie l’an dernier.
Tina, la belle noiraude, est la plus voluptueuse de mes poules.
Placide et douce, elle est adorable, aime nous faire la conversation et s’entend avec tout le monde.
Je la prends et la pose dans l’alcôve de droite pour qu’elle ne tombe pas avant de partir choisir sa place pour la nuit… sans voir que cette alcôve est déjà occupée par Kiwi qui s’est déplacée en douce.
Comprenant qu’elle est sur son chemin, Tina, toujours serviable, recule sur le perchoir.
Mais la manoeuvre ne suffit pas à Kiwi qui veut visiblement rejoindre sa petite soeur, un peu plus loin.
Quand une poule hollandaise a un projet dans la tête, elle peut être extrêmement têtue, et son souhait tourne alors à l’idée fixe.
Il est ainsi fréquent qu’elles passent par-dessus les autres poules pour atteindre l’endroit où elles veulent se rendre.
C’est ce qu’a voulu faire Kiwi: enjamber Tina.
Le problème… c’est que celle-ci est volumineuse, deux fois plus large que Kiwi.
La partie de saute-mouton s’est terminée par une chute spectaculaire de ma cascadeuse que j’ai ramassée pour la poser un peu plus loin, là où elle voulait aller.
Elle n’était pas blessée, pas même dans son amour propre.
Pendant ce temps, Tina, qui a eu l’air de comprendre que quelque chose d’anormal s’était passé, commentait la scène avec une classe très british.
Je suis sortie en riant…

Martine Péters