Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 26 avril 2020

Il y a neuf ans, je publiais ce texte sur Ecriplume, parlant du Village perdu de Randonnaz
J’avais été très marquée par ce récit… d’autant que j’en ai beaucoup parlé  avec la Dame de Chiboz qui connaît parfaitement le sujet.
La terrasse du Relais des Chasseurs de Chiboz offre d’ailleurs une vue plongeante sur le site où se trouvait autrefois ce village disparu…
Un jour, la Dame de Chiboz m’a montré une rose fleurissant autour de leur maison.
Elle l’appelait « La Rose de Randonnaz » parce qu’elle venait du village aujourd’hui oublié de tous.
Cette histoire m’a beaucoup marquée.
Par la suite, j’ai interrogé une spécialiste des roses, Mme Schusselé , à Ollon.
Je voulais savoir si elle savait, d’après photo, de quelle variété pouvait provenir cette rose.
Elle n’a pas pu me répondre.
Depuis que mon Capitaine et moi avons commencé à réaliser notre petite roseraie, j’ai toujours veillé à ce que se trouvent ici uniquement des roses parfumées.
La plupart dont anglaises et françaises, bien sûr, mais aussi allemandes, américaines, voire espagnoles.
Les roses qui ne proviennent pas d’une variété bien définie et qui sont sans parfum ne sont pas exclues du jardin, mais sont plantées hors périmètre de la roseraie, dans un endroit bien en valeur qui leur est réservé du côté des pieds de vigne.
Parmi ces rosiers se trouve celui de Poligny dont j’ai raconté l’histoire sur  Le Jardin d’Ecriplume
La Dame de Chiboz et moi avons commencé à fomenter un  projet: introduire la rose de Randonnaz dans ma roseraie franc-comtoise.
Son histoire est telle qu’elle mérite tous les honneurs…
Bouturer un rosier ne se fait pas n’importe quand ni n’importe comment.
Pour que l’opération réussisse, il faut respecter quelques règles…
Cette année, nous allons donc tenter l’expérience en espérant que la prochaine visite de nos amis de Chiboz correspondra avec la bonne période  pour procéder au bouturage.
Je caresse le rêve de voir cette rose très spéciale éclore dans quelques mois au milieu de mes belles…

Martine Péters