Catégories

Catégories

Archives mensuelles : mai 2020

La lecture à haute voix continue à l’être l’une des activités que nous pratiquons en soirée, mon Capitaine et moi.
Nous lisons tous deux d’autres ouvrages chacun pour soi, mais nous consacrons aussi quelques heure par semaine à cette autre forme de lecture qui nous permet de découvrir ensemble un livre que je choisis parce que je sais qu’il plaira à lui comme à moi. 
Après la biographie de Jane Austen que nous avons beaucoup aimée, je lui ai proposé un ouvrage de Didier van Cauwelaert.
Je savais qu’il serait intéressé autant que je le suis par le sujet abordé: « Les émotions cachées des plantes ».

Et je ne me suis pas trompée…
Dans cet ouvrage, l’auteur démontre que, en s’adaptant à leur environnement, en produisant des réponses adaptées aux événements qui les concernent, les plantes font preuve d’intelligence, ou du moins d’une certaine forme d’intelligence.
Il se base pour écrire ce livre, sur les travaux de la neurobiologie végétale menés à travers le monde, et nous entraîne dans un monde omniprésent sur notre planète… mais que le commun des mortels dont nous faisons partie connaît finalement très mal.
Un livre passionnant…

Martine Péters 

J’ai du chagrin.
Un chagrin très proche de celui que j’ai ressenti lorsque Pierre Desproges nous a faussé compagnie.
Cette fois, c’est Guy Bedos qui s’en est allé, et j’en ai le coeur tout retourné.
J’avais envie, pour lui dire au-revoir, de rediffuser le texte que j’avais écrit lorsque nous étions allés l’applaudir au Crochetan, à Monthey (Suisse), mon Capitaine et moi.
C’était en 2013…

Martine Péters

Comment vous dire…
Quand un artiste que j’aime passe dans la région, c’est, pour moi, un peu comme si un vieil ami était de passage et nous disait: « On en profite pour passer une soirée ensemble? » 
Cela ne se refuse pas.
Hier soir, donc, mon Capitaine et moi étions présents au Théâtre du Crochetan pour « Rideau », le spectacle de Guy Bedos.
Il faisait doux, je n’avais pas pris de veste.
Un détail qui a son importance, ce que j’ignorais en arrivant.

Un roulement de tambour, un rond de lumière, et  Guy Bedos est arrivé sur scène en trottinant, ouvrant son spectacle sur  un: « C’est encore moi! ».
Et la salle a  applaudi, applaudi…
On y est attaché, à cet homme de révolte, de coeur et d’esprit…

Hier soir, dans le public, il y avait pas mal de malades.
Cela toussait un peu partout… y compris sur scène où notre hôte nous a avoué avoir un « petit quelque chose ».
Ce qui ne l’a pas empêché d’enchaîner ses sketchs et une longue revue de presse où chacun en a pris pour son matricule.
Aaah, Monsieur Sarkozy, comme vous lui manquez, à notre  Bedos…
Il vous appelle désespérément, comme une baleine appellerait son petit: « Nicolaaaaaas…. Nicolaaaaas… Revieeeeeennnnns….. »
Bien sûr, à la tête de la République, il y a celui aujourd’hui qu’il appelle Fanfan,  qu’il semble d’ailleurs bien aimer.
Mais, même s’il fait des bêtises lui aussi, ce n’est pas pareil.
Vous, pour lui, vous étiez parfait: il n’avait qu’à vous copier, dit-il.
Dans sa revue des choses qui l’énervent, tout et tout le monde y passe, de gauche comme de droite.
Y compris Arnaud Montebourg dont il dit l’une des choses les plus justes que j’ai pu entendre à son sujet: « Je l’aime bien, mais il a un petit air… (il accompagne sa phrase d’une grimace et d’un geste précieux) de marquis! ».

Il s’embrouille un peu dans ses fiches, fait quelques allusions aux particularités de  la Suisse,  repart au petit galop sur ses chevaux de bataille: la Syrie, le racisme, la bêtise humaine, la politique française…
Pas par habitude, non.
Parce qu’il n’a jamais supporté aucune forme de racisme ou d’injustice.
Il cite Jacques Brel, qu’il a connu: « J’ai mal aux autres »…
Et on le croit…
Sur scène, on le suit dans ses  facéties, il nous fait rire, grommelle, s’indigne, s’énerve un peu, s’étend sur le sol de tout son long, précisant qu’il préfère se coucher là plutôt que sur le divan d’un psychanalyste, c’est plus hygiénique.
Il s’assied sur le bord de la scène, jambes pendantes, taquine le public qu’il semble bien aimer lui aussi…
Certains passages sont un peu longs.
Il s’en rend compte mais continue.
Après tout, zut, il est là pour s’exprimer.

Il nous fait la causette, glousse à certains de ses bons mots.
Puis arrive la fin du spectacle.
Après un rappel, il sort un mouchoir démesuré qui semble taillé dans un drap, et y enfouit son visage pour cacher ses pleurs.
Ce spectacle, c’est une tournée d’adieux.
Il nous propose donc de lui chanter « Ce n’est qu’un au-revoir »…
Précisant ensuite que ce n’est pas lui qui fait ses adieux mais nous!
Nous reverra-t-il?  C’est peut-être la dernière fois…
Que va-t-il nous arriver avant qu’il ne revienne?
Tant de dangers nous guettent, y compris sur la route du retour!
Sa manière à lui, douce et fine de nous faire comprendre que, bon… il a est né en 1934, quand même… alors un prochain spectacle, il faudra voir…
Il est pudique, tendre et grinçant, nous sortant de temps en temps une bonne grosse énormité dont il a le secret et qui provoque des « oooooh »! et des rires.
Il s’en va, oui.
Mais il y en a eu tant d’autres qui sont partis aussi… pour mieux revenir!
Donc, nous l’attendrons!

En sortant du théâtre, plus question de douceur: il pleut à verse.
Non, pas à torrent: il s’agissait d’un déluge.
Moi qui aime la pluie, je suis servie!
Sur la route du retour, en traversant les villages, nous avons vu les ruelles légèrement en pente dégouliner de ruisseaux nouveaux-nés.
Le ciel était zébré d’éclairs bleus, sans qu’aucun coup de tonnerre ne résonne.
C’était impressionnant…
Et j’ai repensé à Bedos qui jouait l’inquiétude au sujet de son public.
Pour nous, c’est bon, nous sommes rentrés entiers.
A votre tour, prenez soin de vous, Monsieur Bedos.

 

Qui plante un jardin récolte le bonheur…

Cette citation bien connue prend tout son sens pour nous en cette saison…
Plus de la moitié des rosiers est encore en boutons et n’a pas encore fleuri dans la roseraie, mais nous vivons déjà  un  rêve éveillé.
C’est la récompense de mois de dur travail de la part de mon Capitaine qui a passé beaucoup de temps à construire la roseraie et à planter…
De mon côté, le travail a été moins physique.
Il s’agissait  d’imaginer et de dessiner le jardin, de choisir les fleurs et les plantes que j’ai ensuite achetées, de dessiner le plan des plantations afin que les couleurs et les parfums se marient, puis… de procéder à la taille de printemps.
Aujourd’hui, le travail se limite aux traitements contre la marsonia, à ôter quelques touffes de mauvaise herbe croisée en chemin, à retirer les fleurs fanées…
Et à photographier chaque rosier à chaque étape de son développement, ce qui me permet de répertorier ces renseignements et à nourrir le Jardin d’Ecriplume.

Le spectacle auquel nous assistons chaque jour depuis plusieurs semaines déjà est une récompense quotidienne.
D’autant que ce jardin est plus vivant que jamais.
Outre les végétaux si généreux, les insectes sont chez eux… et les oiseaux fréquentent assidûment la roseraie qu’ils semblent beaucoup apprécier.
Alors oui, c’est vrai, il y a quelques dégâts, des branches cassées sous leur poids, un peu de pagaille sur les dalles qu’ils salissent en grattant la terre au pied des rosiers… mais ce n’est rien en regard du plaisir que j’ai à regarder ce petit monde profiter autant que nous de ces merveilles!

Martine Péters