Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 20 mai 2020

Les animaux aiment les habitudes qui les rassurent. 
Pomme ne fait pas exception. 
Depuis que Bulle, l’une de  nos poules Pékin, a commencé à couver les oeufs de canards que nous lui avons confiés, mon Capitaine et moi nous astreignons à un  rituel quotidien essentiel.
Trois fois par jour, nous laissons toutes les autres poules à filer dans le deuxième enclos, nous en fermons la porte grillagée, et nous prenons Bulle pour l’obliger à s’alimenter, dans le premier enclos. 
Elle mange, boit, court, prend des bains de terre sèche, pendant que nous retournons soigneusement chaque oeuf.
Ensuite elle retourne rendre sa place jusqu’à la sortie suivante.
Souvent, mon Capitaine procède à la première intervention du jour alors que je suis encore dans la salle de bains.
Il faut dire que Bulle est sa Boulette préférée…
Pomme l’accompagne donc.
Mais contrairement à ce qui se passait avant qu’il ne s’occupe lui aussi de Bulle, Mon Capitaine n’a pas le temps de rentrer mon Mogwaï par la véranda et de lui donner sa traditionnelle « récompense » du matin avant mon arrivée.
Les premiers  jours, Pomme était un peu perdue, jusqu’à ce qu’elle introduise un nouveau rite.
Elle sait que, chaque matin, mon premier geste est de passer par mon bureau et d’en lever le store avant de me rendre dans la véranda, puis dans le jardin.
Désormais, dès qu’elle voit le store se lever, elle accourt.
Je lui ouvre la porte du bureau dans lequel elle bondit, puis elle me précède en courant jusque dans la cuisine où elle s’assied devant « le petit meuble à Pomme » où sont rangés tout le matériel de soin et les friandises réservés à son usage personnel.
Je lui donne donc un biscuit pour chien qu’elle file manger sur le tapis du hall avant de me rejoindre dehors pour son deuxième tour de jardin.
Si par  malheur je ne vais pas assez vite à son goût, j’ai droit à un rappel à l’ordre qui se traduit par un piétinement suivi d’un soupir énorme.
Une fois cet épisode terminé, elle me suit chez les poules où elle mesure ses gestes pour ne pas les effrayer.
Puis elle rentre avec nous pour prendre son petit-déjeuner avant de m’accompagner pour « travailler » avec moi dans mon  bureau.
Le mot « travailler » consistant pour Pomme à s’installer dans le panier qu’elle possède dans mon bureau pour y faire une sieste méditative. 
Ce nouvel emploi du temps semble lui convenir à merveille.
Reste à savoir comment elle va réagir si, par bonheur, les oeufs de Bulle éclosent…
La réaction de mon Mogwaï face à des canetons m’intrigue…

Martine Péters