Catégories

Catégories

Les oeufs de canard coureurs indiens dont j’ai parlé récemment étant arrivés trop tôt, il n’a donc pas été possible de les mettre en couveuse qui, elle, n’a toujours pas été livrée.
Je me disais donc que l’espoir de voir trottiner ces canards dans l’enclos s’éloignait.
C’était compter sans les surprises de Mère Nature…
En fin de semaine dernière, Bulle, la plus délurée et la plus petite de mes poules Pékin, a commencé une période de couvaison sauvage.
On connaît le principe: la poule couve sans avoir d’oeufs.
Nous avons aussitôt appelé l’ami qui possédait des oeufs de cane pour lui expliquer que… c’était le moment ou jamais.
C’est là qu’il nous a appris que son mâle coureur indien avait disparu… sans doute emporté par un renard.
Mais il a laissé derrière lui cinq oeufs fécondés… qui sont donc arrivés chez nous.
Bulle a accepté immédiatement de prendre en charge ces oeufs plus grands que les siens.
J’ai donc appliqué un nouveau rituel, sachant qu’une poule qui couve n’a plus le réflexe de sortir, de s’abreuver et de se nourrir… d’autant qu’elle se fait bien souvent agresser par ses congénères dès qu’elle met le bec dehors.
Trois fois par jour donc, en collaboration avec mon Capitaine, nous installons toutes les autres poules dans le deuxième enclos, et prenons délicatement Bulle à laquelle nous donnons des graines, de l’eau et de la nourriture protéinée.
A chaque fois, elle est affamée et assoiffée, et peut ainsi se nourrir en paix.
Lorsqu’elle veut rentrer, elle regagne son nid, installé en hauteur dans un sac à foin.
Seuls bémols: si les canetons naissent un jour, il faudra installer ce nid au sol pour éviter qu’ils ne tombent…
Et Bulle étant très petite, j’ai peur qu’elle ne s’épuise à couver ces oeufs de bonne taille.
Par chance, il me semble que Chine, l’une des cheffes de clan, commence elle aussi à donner des signes d’une prochaine couvade.
Nous partagerons donc les oeufs entre elles deux, ce qui leur donnera, en cas d’éclosion, deux fois plus de chances d’être acceptés par les autres poules.
Si canetons il y a, ils adopteront sans doute le comportement des poules.
Cela risque d’être amusant pour des canard coureurs indiens…
En attendant, mon Capitaine va adapter le poulailler et les enclos à leurs nouveaux besoins.

Martine Péters

 

2 réponses à Oeufs de canards… le retour!

  • Corinne Cuendet:

    Bonjour Martine,
    J’adore lire les aventures de tes poules, ma soeur en a 4 aussi, en Andalousie, qui ont trouvé la combine pour rentrer dans la cuisine par la chatière. Lors d’une ballade dans le jura, j’avais visité une ferme d’animaux heureux, et la paysanne m’avait montré sa meilleure mère poule a qui elle avait confié des canetons orphelins, tout se passait bien sauf pour cette pauvre mère poule lorsque les petits voulaient aller dans la mare, et qu’elle n’arrivait pas a les arrêter.
    Merci pour tous ces instants délicieux que tu nous fait partager.
    Je t’embrasse, et un bonjour chaleureux a ton capitaine.
    Corinne

    • Martine Péters (anciennement Bernier):

      Chère Corinne, quel plaisir d’avoir de tes nouvelles! Je craque en imaginant les poules dont tu parles entrer dans la maison par la chatière! Si ta soeur tient un blog, donne-moi l’adresse! L’expérience de sa poule avec la mare rejoint ma propre réflexion… Le souci du point d’eau fait partie de nos prochaines préoccupations… Je suis heureuses que nos mésaventures te touchent et je ne désespère pas de te voir faire escale par chez nous! Je t’embrasse, Martine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *