Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 2 juin 2020

Il y a un an, je franchissais la porte d’un opticien pour changer de lunettes.
Quelques jours plus tard, j’arborais, ravie, une paire ronde.
Le temps a passé et, depuis quelques semaines, je dois me rendre à l’évidence: ma vue a encore évolué et, si je veux continuer à travailler sur ordinateur (ce qui est fermement dans mon intention!) il allait falloir trouver une solution.
Le confinement m’a donné le temps de réfléchir et d’admettre que, cette fois, j’étais prête à franchir le pas des verres progressifs.
Mon besoin: pouvoir effectuer plusieurs tâches en même temps sans avoir besoin de changer de lunettes.
En clair: travailler sur écran, prendre des notes ou regarder « loin » sans contrainte.
Trois niveaux de distance.
C’était beaucoup demander, et je me demandais si mon voeu allait être réalisable.
Cette fois, j’ai pris rendez-vous chez une opticienne différente.
Non pas parce que je n’avais pas été satisfaite du travail de mon interlocuteur précédent, mais parce que je savais qu’elle proposait des lunettes qui me plaisaient.
Ma visite a été très différente de celle de l’an dernier: le coronavirus était passé par là…
Masque, distances de sécurité, gel hydroalcoolique… tout était parfaitement organisé.
Les maîtresses des lieux étaient charmantes, et leur boutique bien agencée était claire et féminine à souhait.
Je souhaitais que ma vue soit testée avant de passer à l’achat.
Aussitôt dit, aussitôt fait, avec, à la clé, un verdict qui ne m’a pas surprise: il va falloir réadapter les verres.
J’ai passé un long moment à choisir lunettes et verres, et à écouter les explications très complètes de l’opticienne sur les progrès de ces fameux verres progressifs que je redoute un peu et qui m’intriguent tout à la fois.

Verdict dans quelques jours!

Martine Péters