Catégories

Catégories

Depuis plusieurs jours, je sentais que quelque chose se modifiait dans le poulailler.
Bulle, notre petite poule à laquelle j’avais confié les oeufs de cane à couver, continuait sa tâche.
Nous la sortions toujours trois ou quatre fois par jour pour qu’elle se nourrisse et tournions les oeufs délicatement pendant son absence.
C’est ainsi que j’ai découvert samedi matin que l’un d’eux était abimé, comme s’il avait été piqué.
J’en ai parlé à mon Capitaine.
J’avais calculé que les oeufs, s’ils devaient éclore, le feraient aux alentours du 9 juin.
Il devenait urgent de sécuriser l’endroit pour que les éventuels petits ne puissent pas tomber du nid.
Mon Capitaine a construit une petite cabane en carton qu’il a paillée et glissé dans le sac à foin où Bulle avait installé son nid.
Puis il a fixé une petite planchette pour qu’ils ne puissent pas chuter avant que le nid ne soit posé plus bas, après l’éclosion de tous les oeufs viables.
Ne restait plus qu’à attendre.
Dimanche matin, jour de la Fête des Mères en France, c’est lui qui est descendu le premier pour sortir Bulle et Chine afin qu’elles se nourrissent et se dégourdissent les pattes.
Et c’est là qu’il l’a vu… le premier caneton était né!
Deux autres oeufs ont éclos dans l’heure qui a suivi…
A l’heure où j’écris, les deux  derniers cassent leurs coquilles.
Ils sont donc nés avec deux jours d’avance sur mes calculs… 
Bulle est une incroyable petite maman… que nous allons bientôt voir se promener avec ses insolites bébés Coureurs indiens!
Le premier contact visuel entre elle et son petit aîné, que j’ai photographié ici, valait d’ailleurs le détour.
J’ai eu l’impression que son regard trahissait un sentiment d’étonnement et de d’intérêt.
Qui sont ces ravissantes  mais curieuses petites créatures sortant des oeufs qu’elle protège depuis des jours?…

Martine Péters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *