Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 30 juillet 2020

L’âge avançant, Pomme est plus vite fatiguée et a besoin de davantage de repos pour récupérer.
La semaine dernière a donc été compliquée pour elle.
Le soir, elle nous le faisait comprendre en nous faussant compagnie pour aller s’isoler au salon, histoire de retrouver la paix.
Plus les jours avançaient, plus je la sentais mal.
Elle ne mangeait presque plus, recherchait la solitude, ce qui n’est pas dans ses habitudes.
Elle ne se relâchait qu’une fois qu’elle s’endormait pour la nuit, mais était à nouveau sur le qui-vive dès le lendemain matin aux petites heures.
Lorsque la semaine a été terminée et que la maison a retrouvé sa quiétude habituelle, j’ai décidé de m’occuper particulièrement de mon Mogwaï.
Trop de caresses sur sa petite bouille que ses fans aiment ébouriffer avaient formé des noeuds un peu partout, que je me suis appliquée à retirer.
Pour lui redonner un peu de pep, je lui ai proposé chaque matin une nourriture « de fête » qu’elle ne reçoit qu’aux grandes occasions, mais qu’elle adore.
Et pour la rafraichir lorsque la chaleur atteint des sommets, j’ai commencé à lui doucher les pattes le soir avant d’aller dormir et dans la journée.
Toutes ces attentions l’ont requinquée.
Elle a retrouvé son rythme de vie, le sommeil, l’appétit et la forme sans être passée par la case « Vétérinaire » qui l’attendait en cas de problème.
A tel point que les rôles se sont inversés.
Je m’autorise à me lever un peu plus tard, ces jours-ci: après tout, c’est les vacances!
Elle se lève donc en même temps que mon Capitaine qui aime mettre les canards et les poules en liberté le matin, puis remonte voir où j’en suis.
Comme ce mardi matin où elle est revenue dans la chambre bien avant 8 heures, s’est glissée dans son panier de manière à me faire face, a croisé les pattes de devant qui pendaient nonchalamment sur le bord du panier et m’a observée comme la Statue de la Justice en poussant un soupir.
Son comportement était tellement explicite que deux minutes plus tard, j’étais debout.
Elle sait trouver les mots pour motiver ses troupes!

Martine Péters