Catégories

Catégories

Archives mensuelles : octobre 2020

Le 22 octobre dernier, le Musée du Louvre a vécu un  épisode inattendu.
Un homme a tranquillement pris une sculpture en bois présentée dans le Pavillon des Sessions, scandant à qui voulait l’entendre « Je rentre à la maison avec ce patrimoine qui a été volé à notre mère patrie l’Afrique » et expliquant longuement son point de vue, tout en se dirigeant vers la sortie, l’oeuvre dans ses bras.

On peut  comprendre si  pas le geste, du moins sa revendication.
L’ennui, c’est que l’oeuvre qu’il a arrachée de son socle est originaire… d’Indonésie orientale.
C’est bête.
L’homme en question a été filmé par les caméras du musée, la sculpture dans les bras, marchant en s’expliquant longuement, sans se laisser interrompre par l’un des surveillants qui a essayé vainement de lui parler.
Le Louvre a déposé plainte.
Ce n’est pas la première fois que des activistes s’adonnent à ce genre d’action.
A noter que le Ministère de la Culture travaille sur un dispositif permettant de restituer les oeuvres arrivées de manière douteuse et étudie pour ce faire la provenance des oeuvres d’art africaine dans les musées de France.

 

MP

  • La France se reconfine… mais un reconfinement réaménagé. Jusqu’à nouvel ordre, les écoles et les activités périscolaires continuent à fonctionner. En principe, dans quelques jours, donc, je rencontrerai les enfants qui s’embarqueront avec moi dans le monde des ateliers d’écriture…
  • Nos deux canards s’adaptent dans leur nouvel habitat, avec leurs congénères. Ils ont fait connaissance avec les oies et avec la mare… Les nouvelles sont bonnes, l’ambiance est paisible.  Et, pour compléter l’opération « bien-être des canards », deux nouvelles canes ont intégré elles-aussi le poulailler de nos amis. Tout a été fait pour que l’harmonie règne dans les deux poulaillers…  

MP

Je craignais depuis quelque temps la décision que nous avons dû prendre hier…
Deux de nos canards mâles, arrivés à leur maturité sexuelle, ont développé des comportements très agressifs vis-à-vis du troisième mâle auxquels  ils menaient une vie d’enfer, et des poules qui se faisaient agresser elles aussi.
Quant à Chine, leur mère adoptive, elle était devenue violente avec ses congénères dès qu’elle entrait dans le poulailler.
Suite à une agression plus violente que les autres, nous nous sommes séparés de nos deux terreurs, qu’un couple d’amis a accepté d’accueillir dans leur propre basse-cour située à quelques dizaines de mètres à peine de chez nous. Nous en avions parlé préalablement avec eux, sachant tous les quatre que la cohabitation entre autant de  mâles et une seule femelle ne pouvait que mal se terminer.
Ils sont donc partis hier en fin de journée, et j’ai reçu de leurs nouvelles ce matin.
Dans ce nouvel univers, eux qui régnaient en maîtres absolus sont désormais un peu perdus, et vont devoir apprendre à s’entendre avec les oies et autres locataires de ce nouvel endroit.
Cet épisode nous a appris beaucoup sur le monde animal.
Mais il m’a surtout confortée dans ma conviction qu’il ne faut pas faire couver les oeufs.
S’ils avaient éclos en faisant naître une majorité de femelles, la situation aurait été différente.
Trois mâles pour une femelle était nettement plus problématique, d’autant qu’il était hors de question qu’ils finissent en magrets.

MP