Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 7 mai 2021

En principe, en cette saison, nous rentrons les poules le soir lorsque le soleil a suffisamment tourné pour  ne plus s’attarder sur la porte du poulailler.
Mais mercredi soir, j’ai réalisé que mon Capitaine n’avait pas pensé à s’en occuper.
Chacun de nous pensait que l’autre l’avait fait.
Il était 20 heures, il n’y avait pas de soleil en ce jour de pluie, et il était largement temps de procéder au coucher de ces dames.
Je suis donc allée les retrouver, et j’ai constaté qu’elles étaient toutes rentrées d’elles-mêmes.
Je n’ai pas voulu allumer pour ne pas les déranger, mais il me fallait les compter pour être certaine que tout le monde était bien là.
Dans la pénombre de leurs appartements, je les ai regardées… et une fois de plus, elles m’ont touchées.
Lorsque nous les laissons le soir, elles sont le plus souvent encore pleines d’énergie, caquettent à qui mieux mieux, cherchent la bonne place, bref, s’installent.
Mais là… 
Seule Lune, l’une de mes poules hollandaises, était perchée et dormait déjà du sommeil du Juste, comme Mousse, poule de soie de son état qui, dans son nid de foin, continue à couver vainement.
Toutes les autres étaient étendues sur les différentes plates-formes.
Il y en avait à chaque étage.
Les solitaires avaient choisi des endroits où elles pouvaient être seules, les autres étaient rassemblées par affinités.
Elles disposent de suffisamment d’espace pour ne pas être serrées et pour pouvoir « s’étaler ».
En haut, à ma gauche en entrant, là où Cannelle se poste le plus souvent en essayant de grimper sur mon épaule, se trouvait la belle Chine, la cheffe de clan des Bantam, poules Pékin .
Elle me regardait en gloussant doucement, m’a laissée la caresser…
Tout était paisible, très calme.
Je les ai caressées une à une en leur parlant à mi-voix… et elles me répondaient sur le même ton.
Quand j’ai fermé la porte pour les laisser dormir, j’étais touchée.
Je crois qu’elles se sentent bien.

Martine Péters