Catégories

Catégories

Jeudi matin.
Mon Capitaine, qui aime lui aussi beaucoup nos poules, va les sortir et leur donner à manger.
En principe, un quart d’heure plus tard, il est rentré.
Mais là… plus d’une demi-heure après, je ne le vois pas revenir.
Intriguée, je me rends donc dans la véranda où je réalise que, dehors, il pleut à torrent… et qu’il n’est toujours pas rentré.
Je regarde le jardin et… je vois ma tendre moitié sous le déluge, en train de couper un thuya sec que je lui avais signalé quelques jours auparavant.
Il en est déjà à la fin de son travail, a dégagé la haie et ne devrait plus tarder à rentrer.
Ma première réaction est d’aller lui demander de se mettre à l’abri mais franchement, avec la vie qu’il a menée et qui lui a fait vivre des situations autrement plus périlleuses et inconfortables, je sais que ce serait malvenu.
Je l’attends donc patiemment et je finis par le voir revenir.
Il a une veste, ce qui est un gros progrès, et a posé sur sa tête un petit bob qui rentre à bon port informe et dégoulinant.
Lorsqu’il entre dans la véranda, ravi, mon Capitaine m’annonce avoir retiré le thuya.
– Oui, j’ai vu, c’est super. Mais… tu as choisi un moment bizarre pour le faire, avec ce temps!
– Ah ça? Oui, il y a une petite rosée matinale…

MP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *