Mes délices de France

Depuis que j’ai commencé cette trilogie d’articles sur quelques-unes des gourmandises pour lesquelles j’ai ou j’ai eu un faible dans mes trois pays d’origine et d’adoption, j’ai l’impression de faire un remake de l’excellent « Tour de Gaule » d’Astérix et Obélix!
Il y aurait quantité de mets qui mériteraient d’être encore citées…
Aujourd’hui, je termine mon périple avec la France où je vais me concentrer sur mes viennoiseries et les pâtisseries favorites.
Il y a bien longtemps, dans une autre vie, j’ai découvert, dans le Maine-et- Loire, une viennoiserie irrésistible: le croissant aux amandes.
Je parle du vrai, riche en amandes, en crème d’amande et en sucre… tout ce qu’il faut en principe éviter!
Comme il s’agit d’une véritable bombe calorique, j’en ai consommé peu…  mais chaque fois avec ravissement et presque sans remords!
Impossible aussi de zapper les éclairs au café, aussi appelés éclairs au moka ou les chouquettes, véritable trésor national qui fait partie du quotidien de la vie française…
Oui, je sais… le sucre, c’est mal.
Raison pour laquelle ces merveilles sont ancrées dans mes fantasmes, mais rarement dans mes menus.
Cela ne m’empêche pas de penser à elles avec envie… 
Mon petit-fils et moi partageons la même tendresse pour les mini chaussons aux pommes qui occupent la table de nos petits-déjeuners lorsqu’il nous rend visite. 
Notre boulanger les réalise à la perfection… et ils me rappellent au passage les fameuses « gosettes » belges!
Les pommes sont également les stars de la tarte que je préfère: la tarte aux pommes. 
Qu’elle soit réalisée à la française ou à la suisse allemande, elle me fait chavirer… particulièrement lorsqu’elle est réalisée par nos soins (ou plutôt par ceux de mon Capitaine), avec, si possible, les pommes du jardin.
Et lorsque, en prime, elle cache des raisins secs sous la couche de fruits, je suis au nirvana! 
Enfin presque.
Je pourrais citer encore tant de douceurs sucrées… mais la dernière de cette petite liste est une nouvelle venue dans mon panorama culinaire.
Je l’ai découverte… samedi dernier, chez un couple d’amis.
Pour accompagner le sorbet aux framboises du jardin que nous a servi la maîtresse de maison en fin de repas, elle nous a proposé une brioche à la frangipane.
Une pâte légère,  fourrée de pâte d’amande… une révélation.
Cette brioche ponctuait un repas généreux en douce compagnie, et illustrait à elle seule combien un mets délicat peut ajouter une note chaleureuse à un moment parfait.
Quel que soit le pays!

MP
 





par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.