Nathan, Président!

Ce mercredi,  je recevais Nathan, 9 ans, pour un atelier d’écriture riche en rebondissements.
Très réceptif, ce petit bonhomme vif et joyeux s’intéresse à tout, pour peu que je varie les activités que je lui propose.
Comme à chaque fois que je suis avec les enfants, je m’adapte donc à lui, attentive à ses réactions.
Nous avions déjà passé un  plus d’une heure ensemble, multipliant les jeux d’écriture, discutant de la meilleure console de jeux à ses yeux (rien de tel pour développer son argumentaire!), puis partant sur les traces de Rascar Capac, puis de Toutankhamon, lorsque, parlant des pharaons, puis des rois et des présidents, il a soupiré en disant que le président actuel « ne faisait rien ».
Chic. 
L’occasion était trop belle pour improviser un petit jeu de rôles sur la difficulté de gouverner un pays…
– Bon. Tu es prêt pour commencer notre nouvelle histoire?
– Oui!
–  Et bien… nous sommes en 2045, et tu viens d’être élu président de la République. Toutes mes félicitations, Monsieur le Président Nathan!

Il écarquille les yeux:
– Merci! Mais… qu’est-ce que je dois faire?
– Oh rien de bien compliqué: juste régler tous les problèmes du pays. Si tu veux bien, nous allons commencer par un souci très préoccupant, la pollution. Tu vas dresser une liste des solutions que tu proposes.
-D’accord! Et toi, tu es qui?
– Moi? Et bien… je suis le peuple. Quelle est ta première mesure?

Sur sa feuille, il écrit quelques mots et me lit son premier décret:
– A partir d’aujourd’hui, il faut rouler en voitures électriques.
– Bonne idée. Nous allons voir comment réagit le peuple.

Une seconde plus tard,  sans bouger de ma chaise, je fais semblant de brandir un panneau, et je débute une manifestation:
Président… pas contents! Président… pas contents!!!
– Mais… pourquoi???
– Les voitures électriques sont beaucoup trop chères! On ne peut pas tous se les offrir!
– Combien ça coûte, une voiture électrique?
– Je crois de 20’000 à 90’000euros… mais nous allons prendre un chiffre moyen de 30’000.
– OK, je décide de baisser les prix de 5000 euros. Ils sont contents?
– Disons que certains sont contents, d’autres te font savoir que c’est encore beaucoup trop cher, et il y a un nouveau groupe qui est descendu dans la rue, très fâché.
– Ah bon??? Qui???
– Les constructeurs de ces voitures. Ils veulent te dire que si tu fais baisser les prix, ils ne vont plus pouvoir payer leurs employés!

… et je refais une petite manifestation dans la foulée. Ce qui fait rire Nathan:
– Tu es trop rigolote…
– Rigolote?
– Oui, tu changes ta voix quand tu fais le peuple! Tu n’es plus toi!
– Normal: il y a du monde, dans le peuple… et ceux-ci ne sont pas de bonne humeur….

Nathan est déconfit… Mais il dit:
– Pour ceux qui disent que c’est trop cher, j’ai une solution.
– Super! Laquelle? 
– Ils n’ont qu’à prendre un deuxième travail!

Dans la seconde qui suit, le pays est furieux: « Président, on dort quand? »
– Pfff, ils ne sont jamais contents!
– C’est un peu normal, avoue… Tu comprends comme c’est compliqué?
– Ah oui alors! 
– Tu veux prendre un autre dossier à régler?
– Oui!
– Bon, tu veux être pompier, m’as-tu dit. Donc, le peuple, qui sait que tu as une grande expérience de ce métier, t’envoie des émissaires pour te parler des incendies qui ravagent les forêts. Président, que faut-il faire pour en venir à bout?
– Construire plus de Canadairs! Heu… je ne sais pas comment ça s’écrit…
Je lui épelle le mot et  continue:
– C’est une bonne suggestion… Mais il faudrait trouver le moyen de gérer la situation avant que les incendies ne se déclenchent…
– Mais…. comment faire?
-Attends… un membre du peuple a demandé audience pour te proposer quelque chose. Tu veux bien le recevoir?
– Si je reçois tout le monde, je ne vais pas m’en sortir!
– Excellente remarque!C’est pour cela qu’un Président ne peut pas tout faire tout seul. Il ne peut pas être partout…
– Bon, je veux quand même bien voir ce monsieur qui a une solution. C’est quoi, son idée?
– Diego vient du Pérou. Et il t’explique que, là-bas, ils installent des lamas pour débroussailler. Cela permet de limiter le risque d’incendie.
– Ca, c’est bien! On va mettre des lamas partout!

Un coup de sonnette retentit. Nous ne pouvons pas développer notre idée et je n’ai pas le temps de lui expliquer que moutons et chèvres peuvent faire le même travail de nettoyage, que leur présence ne suffira pas et qu’il faudra prévoir d’autres mesures encore…
Sa maman nous rejoint et nous nous installons dans la partie salon de la véranda.
Triomphant, Nathan lui explique en quelques mots notre dernier jeu et lui parle de notre invasion de lamas.
Avouons-le, nous allons devoir encore un peu développer et défendre le projet avant qu’il soit présenté officiellement.
Avant de partir, Nathan a demandé à revenir la semaine prochaine:
– On refera le jeu du Président?
– D’accord! Je préparerai deux ou trois dossiers!

Voilà une idée partie de rien que je pense développer pour la rentrée du périscolaire… sachant que Nathan fera là aussi partie des enfants inscrits… et aura déjà accompli un mandat présidentiel!

Martine Péters

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.