L’inconcevable…

Depuis que je suis en France, je me suis attachée à des personnes qui, au fil des jours, ont pris beaucoup d’importance pour moi.
Je considérais l’une d’elles comme ma petite soeur.
Elle était un soleil, une boule d’amour et de joie, sensible et dévouée à tous.
A chaque fois qu’elle arrivait avec son mari, nous passions beaucoup de temps tous ensemble.
Notre complicité, nos longues conversations étaient un bonheur…
Ce mardi, un coup de tonnerre a assommé la famille toute entière.
Notre tendre Christine nous a quittés brutalement, laissant tous ceux qui l’aiment dans un désespoir sans nom.
Je sais bien que la vie va continuer… doit continuer.
Mais je sais aussi que le ciel nous paraîtra un peu moins bleu, le soleil moins brillant, que nos coeurs garderont des cicatrices profondes.
Je ne pourrai plus parcourir la roseraie sans penser aux moments que nous y avons partagés, que son visage, son sourire, son regard, ses rires et ses mots resteront étroitement liés à chaque lieu qu’elle a illuminés.
Je chérirai plus encore le rosier qu’elle aimait tant, guettant sa floraison pour la lui dédier.
Elle ne sera jamais un souvenir.
Elle se trouve juste quelque part où nous ne pouvons pas l’atteindre… pour le moment.

Ecriplume




 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.