Maëva

Les enfants que je côtoie dans les ateliers d’écriture ont tous des personnalités très différentes.
Maëva, 8 ans, est une petite fille sensible et réservée qui parle peu, n’est pas toujours très sûre d’elle, mais accueille chaque encouragement avec un regard et un sourire rayonnants.
Sourire que j’espère croiser plus souvent à partir de la semaine prochaine, date à laquelle il ne sera plus nécessaire de porter le masque à l’école…
Ce mercredi matin, quelques personnes sont venues répondre aux questions des enfants et partager leur savoir dans le cadre du projet sur lequel nous travaillons.
Une jeune journaliste était également présente pour écrire un article sur le travail que nous effectuons tous ensemble.
Arrivée un peu en retard, Maëva, à laquelle un adulte s’adressait, n’a pas pu contenir l’émotion qui la submergeait, et a fondu en larmes, aussitôt réconfortée par notre précieuse Estelle.
La voir ainsi m’a fait de la peine…
Lorsque nos visiteurs nous ont quittés, nous avons repris le fil de notre travail, et nous avons retrouvé notre fonctionnement habituel, nous attelant à l’écriture des textes et à la réalisation de dessin. 
J’ai proposé plusieurs idées à mon équipe de dessinateurs dont fait partie Maëva, et elle a réalisé de très jolies images, pour lesquelles je l’ai félicitée:
– J’ai beaucoup de chance d’avoir d’aussi bons artistes avec moi! Merci, ma puce, tu as fait un travail magnifique, soigné, précis… je suis vraiment contente! Bravo!

Derrière son masque, son regard pétillait.
Lorsque l’heure a sonné pour moi de les quitter, je leur ai expliqué que je serais là la semaine prochaine, et que nous aurions beaucoup de choses à faire pour bien avancer.
Je rangeais mes documents et mon cahier dans mon cartable lorsque Maëva s’est approchée de moi et m’a dit:
– Martine?
– Oui?
– J’adore travailler avec toi…

Venant d’elle, c’était aussi précieux qu’inattendu… cela m’a fait un petit coup au cœur:
– Moi aussi, vraiment… tu es une formidable petite fille!
Elle est partie toute joyeuse.
J’en ai parlé avec Estelle, ma douce complice, qui m’a expliqué que le sentiment de Maëva était partagé par chacun des enfants, et qu’ils en parlaient souvent.
Une fois de plus, lorsque j’ai quitté l’atelier, j’avais le cœur en fête… 

par

2 réflexions sur “Maëva”

    1. Ecriplume (Martine Péters, anciennement Bernier)

      Je ne sais pas, mais ce dont je suis sûre, c’est que de mon côté, je ne risque pas de les oublier ! 😊🌹

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.