Les « pattes d’eph' » de Pomme

Depuis qu’elle a fêté son douzième anniversaire, Pomme, l’aînée de mes deux bichons havanais, dispose d’un pelage beaucoup moins dense.
Je vois bien à son attitude que, par moment, elle perd un peu le moral, surtout lorsque Kali, petite boule de poils exubérante, attire davantage qu’elle les caresses des visiteurs. 
Je redouble donc d’attention… et d’attentions par rapport à l’aînée de mes Mogwaï tout en prenant soin de ne pas léser sa non moins adorable cadette.
Ces dernières semaines, j’ai réussi à faire en sorte que l’on ne puisse pas remarquer le pelage légèrement dégarni parsemé de fils blancs.
Avec le printemps, il a repris un peu de vigueur, et le coiffage permet de pallier les manques.
Sauf que… tous les poils ne poussent pas au même rythme.
Mercredi, mon Capitaine, amusé, m’a fait remarquer: 
– Tu as vu Pomme? Elle a des pattes d’eph !
Je ne comprenais pas trop pourquoi il faisait référence à nos pantalons mythiques des années 70…
J’ai donc observé Pomme… et j’ai vu.
Ses pattes arrières étaient cerclées de longues mèches qui trainaient derrière elle à chaque pas!
Le lendemain matin, juste après le petit-déjeuner, j’ai annoncé à mon Mogwaï que j’allais effectuer un petit réajustement de sa coiffure « pattale ».
Cinq minutes plus tard, ma cliente ressortait de mon salon de toilettage avec une coupe joliment arrondie sur les pattes.
Elle a filé en trottinant , croulant sous une avalanche de compliments qui l’ont mise en joie.
A quoi tient le moral, parfois…




par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.