Kaléidoscope

  • Samedi.
    En prévision du repas de ce dimanche qui aura lieu chez nous, dans le jardin, je passe un long moment en tête-à-tête avec mes rosiers.
    Les pluies et les orages de ces derniers jours ont provoqué quelques dégâts qu’il faut corriger.
    Beaucoup de fleurs sont fanées, d’autres sont abîmées, et le marsonia profité de ces variations de températures pour attaquer les feuillages.
    Même si la grande floraison de mai-juin est terminée, la suivante se prépare et beaucoup de rosiers sont toujours en fleurs: il faut s’en occuper si je veux assurer une belle deuxième vague…
  • Les cousinades approchent…
    La sauvage qui sommeille en moi n’est pas très tranquille, mais… j’ai décidé d’organiser une longue activité qui devrait occuper les enfants qui seront présents durant ces presque trois ou quatre jours qui, eux aussi, se dérouleront chez nous.
    J’ai envie qu’ils gardent un bon souvenir de cette rencontre particulière.
    Donc, j’ai commencé à plancher sur l’organisation des OIESP, Olympiades Internationales pour Enfants, Sport et Culture ».
    Hum… le titre est un peu pompeux, je sais.
    Mais les réactions de mon petit-fils Aurélien, avec lequel je m’embarque de temps en temps dans cette manifestation, m’ont prouvé que le principe plaît!
    Et pourtant, lui et moi ne sommes que deux dans notre équipe face aux compétiteurs du monde entier.
    Autant dire que, comme nous représentons en alternance l’équipe « Franco-Suisse » ou l’équipe « de La Neuvelle », nous devons nous accrocher face à nos vaillants adversaires.
    Jusqu’ici, nos efforts ont payé: nous avons toujours remporté la médaille d’or.
    Comment cela vous êtes surpris?  Tssss… je ne vous permets pas de mettre en doute nos impressionnants talents!
    Là, ce sera plus compliqué et plus exigeant.
    Les épreuves sportives seront proposées en alternance avec des questions rigolotes de culture, des épreuves de dessin, de composition de chanson et des jeux de lettres.
    Si je veux  tenir mes champions en haleine, il faut varier les plaisirs, prévoir des goûters, des boissons, et une suite d’activités physiques et reposantes, pour ne pas épuiser mes champions.
    Comme, de plus, j’ai cru comprendre que tous n’avaient pas le même âge, il faut faire en sorte que personne ne s’ennuie.
    Il va de soi que, vu mes misérables capacités sportives, je ne serai que coach et présentatrice des Olympiades, m’arrangeant pour donner l’impression aux enfants de se trouver dans un stade immense face à une multitude de concurrents motivés (… et presque forts qu’eux!).

    Bon.
    Si je décompte ce dimanche déjà pris par un autre événement, il me reste quatre jours pour préparer la compétition.
    Au travail!   

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.