Opération sauvetage

La journée de mardi a marqué le pic de la canicule, dans notre région.
Nous avons une fois encore dépassé le cap des 40°, et la nuit qui a suivi s’est inscrite dans la ligne caniculaire.
Les organismes s’en ressentent, mais j’avais un but en éteignant la lumière ce soir-là: filer au jardin tôt le lendemain matin.
Un coup d’oeil aux prévisions météo me l’a confirmé: aucune véritable pluie n’est à attendre chez nous au cours des dix prochains jours.
Il fallait donc impérativement que je donne de l’eau à tous mes rosiers pour qu’ils puissent tenir jusqu’au retour des averses.
Le lendemain matin, avant qu’il ne fasse trop chaud, j’étais dehors.
Regarder la roseraie en ce moment est un crève-cœur…
Les feuillages de beaucoup de rosiers, mais aussi d’une multitude d’autres végétaux, sont brûlés par le soleil.
Je sais bien, comme me le confirme mon Capitaine, qu’un feuillage brûlé ne veut pas dire que la plante va mourir, mais… je ne suis pas rassurée pour autant.
Mercredi matin, donc, j’ai commencé la tournée des arrosoirs, sous une chaleur déjà bien présente.
Problèmes rénaux et chaleur ne font pas bon ménage, et je sais que je ne devrais pas sortir… mais il est hors de question pour moi de laisser agoniser mes protégés sans rien faire.
Cette fois, je n’arrosais plus ponctuellement: tous ont eu droit à un arrosoir d’eau de pluie tirée de la cuve de récupération.
Mon Capitaine est venu m’aider et, à deux, nous avons pu abreuver toute la roseraie en moins d’une heure.
Une deuxième tâche m’attendait , que j’ai commencée en fin de journée sous une fine et inespérée pluie d’orage: m’occuper de chaque rosier pour retirer le bois mort et les feuilles jaunies. 
Le tout sous l’oeil de nos petites poules qui, elles aussi, requièrent des soins particuliers en cette période estivale…

Dans la soirée, le ciel s’est libéré, nous offrant de véritables pluies salvatrices.
Le jardin a enfin été abreuvé… l’opération sauvetage est terminée … pour cette fois!

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.