Le carnet réapparu

En triant le contenu de l’un de mes tiroirs, je suis tombée sur un  carnet à spirales rouge, petit format.
L’un de ceux que l’on achète pour quelques centimes, que l’on glisse dans un sac ou dans une poche,  et qui nous permettent de griffonner tout et n’importe quoi.
Celui-ci était largement utilisé, mais ce sont les dernières pages qui ont attiré mon attention.
J’avais utilisé ce carnet professionnellement, pour réaliser des interviews.
Vu leur contenu, les articles que j’en ai tirés étaient destinés à un hebdomadaire pour lequel je travaillais il y a encore une quinzaine d’années.
Mais les dernières pages annotées contenaient aussi une longue liste de noms accompagnés d’adresses électroniques et de provenances géographiques.
Il y avait là près de vingt références de personnes résidant dans plusieurs endroits du monde, de l’Europe aux pays d’Amérique latine en passant par les Etats-Unis, l’Australie et le Canada.
J’ai travaillé deux ou trois fois avec des familles suisses dont les ancêtres avaient émigré à l’étranger il y a fort longtemps.
Leurs descendants avaient construit leurs vies ailleurs, mais, pour certains, avaient eu l’envie de découvrir leurs racines.
Mais là… ces notes devaient correspondre à autre chose.
Je n’ai pas souvenir d’une famille éparpillée à travers autant de pays différents, et je sais que je ne les aurais pas oubliés.
Après avoir essayé de percer en vain ce petit mystère, j’ai décidé d’arrêter et je me suis débarrassée de ces feuilles, gardant le reste du carnet pour d’autres nouvelles notes.
Mais je ne peux pas m’empêcher d’y repenser…  sur quoi pouvais-je bien travailler à ce moment-là?! 
 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.