Le monde à l’envers…

J’en ai déjà parlé…
Jusqu’ici, lorsque l’on disait « il fait un temps pourri! », cela voulait dire qu’il pleuvait.
Pour moi qui aime la pluie, c’est parfaitement injuste, mais c’est ainsi.
Aujourd’hui, nous entrons dans la deuxième période de canicule de l’année qui pourrait durer plus de dix jours.
Les incendies ravagent des hectares de forêts en France, au Portugal et en Espagne, la sécheresse rend le travail des agriculteurs de plus en plus complexe, le milieu aquatique s’altère en raison de la sécheresse, la population fragile est plus exposée aux risques liés aux fortes chaleurs et j’en passe.
Et les discours commencent à changer: de plus en plus de gens confient qu’ils aimeraient un peu de fraîcheur, que là, vraiment, il fait trop chaud.
J’attends le moment où « le temps pourri » ne qualifiera plus la pluie, mais un été trop sec et trop chaud.
Et je garde en tête le souvenir cuisant (sans jeu de mots) d’une mésaventure qui m’est arrivée alors que j’accompagnais un groupe de lecteurs de l’hebdomadaire pour lequel je travaillais en Ouzbékistan.
Aux portes du désert, il faisait une température constante de cinquante degrés. 
Des bouteilles d’eau étaient constamment distribuées afin d’éviter la déshydratation.
Cette chaleur fragilisait les organismes, et même si ce que nous découvrions dans ce pays était de toute beauté, la fatigue était omniprésente chez certains d’entre nous.
A un moment, nous avons tous pris place autour d’une table, dans une petite rue commerçante, pour consommer une boisson à l’ombre.
Et là… le monsieur le plus âgé du groupe, qui était installé sur une chaise, est tombé en arrière avec son siège, évanoui.
Il avait été terrassé par la chaleur.
Par chance, nous avions une infirmière parmi nous, qui a lui a apporté les soins nécessaires.
Nous étions tous sidérés de voir avec quelle rapidité et quelle violence les effets de la chaleur pouvaient terrasser quelqu’un.  

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.