« Bon, on va bosser? »

Chaque matin, après le petit déjeuner, j’adresse à Pomme et Kali la phrase rituelle: « Bon, les filles, on va bosser? »
Du haut de ses bientôt 13 ans, Pomme y réagit toujours avec enthousiasme, gambadant joyeusement jusqu’à mon bureau où elle sait que je vais passer la matinée.
Kali est plus mitigée.
Elle traîne d’abord un peu auprès de mon Capitaine, l’accompagne, et c’est seulement ensuite qu’elle nous rejoint.
Pour Pomme, le « on va bosser » semble se traduire dans les faits par: « Venez, vous allez pouvoir faire une longue sieste dans mon  bureau. »
Côté Kali, c’est là aussi différent.
Elle se pose un petit moment dans un panier, puis vient se dresser contre moi pour me signifier qu’elle s’ennuie.
Il faut alors la caresser, lui expliquer que je dois travailler… et céder en  l’emmenant dehors pour sa deuxième sortie de la journée pour laquelle Pomme se joint à nous.
Si Kali sort toujours ou presque pour un motif urgent, Pomme ne le fait que pour une raison: recevoir la mini récompense qui accompagne la démarche.
Quoi que je fasse, la journée est toujours rythmée par les demandes de mes Mogwaïs.
Le pire moment étant lorsque mon Capitaine s’absente pour  quelques heures…
Dans ce cas, Kali passe le plus clair de son temps à se percher contre moi et à me fixer intensément avec une question au fond des yeux: « Dis… il revient quand? »

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.