Nouvelle recrue japonisante…

Dimanche matin.
Au moment où mon fils s’apprêtait à reprendre la route prématurément en raison d’une inquiétante annonce météo concernant la région, j’ai reçu un SMS de mon amie de l’autre côté de la rivière.
Sa  belle-fille venait de perdre son avant-dernière poule, et la dernière poulette naine se retrouvait seule et visiblement désemparée.
Elle me demandait si je voulais bien l’accueillir dans notre poulailler.
Mon Capitaine a été d’accord avec moi, et nous avons évidemment accepté…
Moins d’une heure plus tard, une nouvelle venue, plus petite encore que les nôtres, a fait son entrée dans l’enclos.
La demoiselle, m’a-t-on dit, doit avoir entre 6 et 7 ans, n’a pas de nom, a la couleur « écailles de tortue » et vivait mal la disparition de sa dernière compagne.
Mignonne et vive, elle a commencé à visiter l’enclos discrètement.
Elle était calme, se tenait à distance respectable des autres qui, de leur côté, l’ignoraient superbement.
Durant la journée, je suis allée très souvent à l’enclos pour vérifier que tout se passait bien.
Je parlais à notre nouvelle protégée qui, peu à peu, semble s’être habituée à ma voix.
Le soir, mon Capitaine et moi avons uni nos efforts pour la faire rentrer sans contraintes, tout en douceur, dans le poulailler où l’attendaient déjà les autres.
Elle a trouvé sa place sans hésitation et nous avons éteint.
Le lendemain matin, nous sommes allés tous les deux réveiller nos demoiselles.
Là encore, tout était calme.
Aucune agressivité de part et d’autre, à peine une petite méfiance.
Et la vie reprend en douceur…
Nous avons désormais six poules: Bulle la Pékin, Mousse la poule de Soie, Cannelle la Padoue, Kiwi et Lune les Hollandaises… et Pupuce, que j’ai baptisée ainsi parce qu’elle est la puce de la bande.
J’ai rapidement trouvé qu’il s’agit d’une Chabo.
Mais en cherchant mieux, j’ai appris que le nom de cette variété est devenu Chabo en 2009, mais qu’elle s’appelait auparavant la Nagasaki.
Le mot « Chabo » vient du javanais « Chabol » et signifie « Nain ». 
Personnellement, je préfère le nom Nagasaki, même s’il est porteur de souvenirs douloureux liés à la ville du même nom.
Cette petite poule est considérée comme l’une des races les plus ornementales, et vit dans les jardins de l’aristocratie japonaise depuis plus de 400 ans.
Je vais poursuivre mes recherches pour être bien sûre que je ne me trompe pas.
En attendant, Pupuce découvre ses nouvelles compagnes et son univers…

par

1 réflexion sur “Nouvelle recrue japonisante…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.