Kali et les pandas

Jeudi matin.
Au petit-déjeuner, j’explique à mon Capitaine que, la veille au soir, pendant son absence, j’ai emballé les derniers cadeaux de Noël.
Parmi eux se trouvaient ceux que je destine à deux petits garçons qui nous sont chers et, notamment,  un petit piano Fischer Price reproduisant toute sorte de sons.
Avant de l’emballer, comme je voyais que Kali semblait intriguée, je me suis assise sur le lit et je lui ai montré l’appareil.
Pour parfaire sa culture (si, si!), j’ai entrepris de cliquer sur chaque touche reproduisant un cri d’animal.
Elle semblait aussi inquiète qu’intriguée, se tenant sur la défensive, mais sans perdre des yeux cette drôle de boîte à bruit.
Sauf pour le dernier où, lorsqu’elle a entendu l’animal en question, elle a filé vers la porte et n’a pas voulu poursuivre l’expérience.
Je racontais donc l’anecdote à ma tendre moitié:
– J’ai l’impression qu’elle n’a pas été suffisamment stimulée quand elle était bébé. Avant qu’un chiot ne soit remis à sa nouvelle famille, il faut qu’il ait pu emmagasiner un  maximum de bruits et de situations de la vie courante. Même si elle a fait beaucoup de progrès, Kali a toujours des craintes que Pomme n’a jamais eues…
 
L’oeil pétillant, mon Capitaine m’a regardée et a  remarqué:
– Ceci dit… Il faut reconnaître qu’être confronté à un panda, ce n’est pas vraiment courant..

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.