Mon Capitaine et les armes

Ce vendredi, il a été beaucoup question dans les médias de la collecte des armes non déclarées organisée en France jusqu’au 2 décembre.
Comme je sais que beaucoup de familles ont encore dans leurs greniers ou dans leurs caves des armes héritées d’un aïeul, j’ai posé la question à mon Capitaine.
Son grand-père aurait pu en posséder une.
Et toi? Tu es concerné? Il y a des armes, dans la maison?
Il sait que j’ai horreur de ce genre d’objets… et il sait aussi que j’ai un jour assisté à une séance de tir dans un lieu dédié, au cours de laquelle, couché au sol, il avait utilisé un fusil d’assaut, arme que je n’avais jusqu’alors vue qu’à la TV ou au cinéma.
Cela ne m’avait pas rassurée du tout.
Il a posé sur moi un regard énigmatique:
Oui, bien sûr.
– Ah bon? Mais… quoi?
– Et bien… une mitraillette, deux fusils mitrailleurs…
QUOI?!
Devant mon air affolé à l’idée de vivre dans un arsenal, il n’a pas pu résister et a éclaté de rire.
Mais non! Je dois juste avoir une baïonnette quelque part.
– Sans fusil au bout? 
– Oui, enfin c’est plutôt la baïonnette qui se met au bout du fusil, mais rassure-toi, il n’y en a pas.

L’air un peu rêveur, il s’est tu un moment et a rajouté d’un air angélique, bien décidé à me taquiner jusqu’au bout:
– C’est pourtant joli, un fusil. On pourrait en faire un objet de déco!
En lampadaire au milieu du salon, par exemple?
– Par exemple. C’est une excellente idée.

Fier de lui, il est retourné à ses occupations avec un sourire ravi tandis que je contemplais le salon d’un regard inquiet.


 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.