Il n’y a pas que de mauvaises nouvelles!

Comme toujours, la nouvelle année est célébrée un peu partout dans la liesse… et, comme à chaque fois, cela me rend assez perplexe.
J’aurais une liste de vœux assez conséquente pour l’occasion, mais je n’en garderai qu’un: que cette guerre qui engendre tant de souffrance en Ukraine, ainsi que toutes celles qui déchirent le monde, prennent fin rapidement.
Ne dit-on pas que l’espoir fait vivre?
Et pour finir l’année sur une note positive, j’ai envie de répertorier quelques bonnes nouvelles qui saluent des événements positifs de 2022 (source: France Info).
– Pour la première fois depuis 100 ans, au mois de mars dernier, un gypaète barbu a pondu un œuf dans le Vercors. Un trésor plus que précieux alors que le rapace est en voie de disparition…

– Le trou dans la couche d’ozone qui nous protège des rayonnements ultraviolets dangereux, continue doucement à se résorber, nous dit la Nasa. Mais il ne faut pas dormir sur nos lauriers: ce trou fait encore trois fois la superficie du Canada.

– Le castor a fait son retour en France. L’architecte des berges a recommencé à construire des barrages,  très utiles pour limiter l’impact des inondations, nous expliquent les spécialistes.

– Un léopard d’Anatolie est réapparu alors que l’on croyait l’espèce éteinte. Il n’avait plus étévu depuis qu’il a été photographié en 1974… et un spécimen a été officiellement identifié en Turquie.  

– Selon le très sérieux rapport mondial sur le bonheur de l’ONU, La générosité et la gentillesse ont touché une part de plus en plus large de la population en 2022. Les dons aux œuvres de bienfaisance, le bénévolat et l’aide à des étrangers ont « bondi d’environ 25% en 2021 par rapport aux niveaux prépandémiques », selon les auteurs du rapport. 

– Un ADN de mastodonte a été découvert au Groenland. Début décembre, des fragments d’ADN vieux de deux millions d’années ont été prélevés par des scientifiques dans les sols gelés de l’Arctique. Ces traces génétiques, les plus vieilles jamais mises au jour, témoignent notamment de la présence de mastodontes, un parent des éléphants et des mammouths. Une découverte passionnante pour les paléontologues…

– Des progrès ont été réalisés sur les vaccins contre le sida. L’ARN-messager pourrait continuer à sauver des vies. Après le vaccin contre le Covid-19, cette technologie a été utilisée dans un projet de vaccin contre le virus du sida. En janvier 2022, l’entreprise Moderna a administré les premières doses chez des humains. Il ne s’agit que de la première phase de test, mais elle offre de l’espoir après quatre décennies de recherches infructueuses.

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.