Et le jour le plus cafardeux est…

Je ne sais pas pourquoi, mais, ce lundi matin, j’ai reçu sur mon mail, de la part de sites d’actualité réputés sérieux, deux articles quasiment identiques expliquant ce qu’est le Blue Monday, jour considéré comme le plus déprimant de l’année.
Et, comme on pouvait s’y attendre, ce lundi bleu était celui que nous venons de vivre, hier.
Autant dire qu’aucune étude scientifique ne vient étayer cette déclaration mais « il se dit » que ce jour de janvier serait celui au cours duquel apparaitraient le plus de signes passagers de déprime.
Pourquoi?
En vrac, parce que la journée est courte et privée de lumière, qu’il fait frisquet, que nous sommes en période d’après Noël, que les bonnes résolutions se sont envolées une à une, que le salaire du mois n’est pas encore sur nos comptes et que le lundi est le jour où la plupart d’entre nous retournent au travail.
Voilà.
J’ai donc été attentive ce lundi-là, histoire de vérifier l’humeur du jour.
Verdict: pas de déprime à l’horizon, si ce n’est ce sentiment perpétuel de triste lié non pas aux raisons invoquées, mais plutôt à l’actualité.
Ce qui n’est malheureusement pas concentré sur un seul jour dans l’année…
Comme le concept du Blue Monday a été popularisé par la chaîne de télévision anglaise Sky Travel à travers une campagne de publicité, je me dis que, exactement comme pour le fameux Back Friday, je suis décidément hermétique à ce style de démarche.

Et vous?

par

1 réflexion sur “Et le jour le plus cafardeux est…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.