février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Il arrive qu’un objet inattendu vous ramène des années en arrière sans que vous vous y attendiez.
Ca a été le cas il y a quelques jours, lorsque je suis tombée en arrêt devant un gros oeuf de Pâques en carton décoré, dans un supermarché belge installé à quelques kilomètres de chez nous.
Je n’en avais plus revus de semblables depuis mon enfance en Belgique…
Ni la Suisse ni la France n’en proposent à la période de Pâques, et c’est donc  un peu émue que je l’ai ramené chez nous, dans l’idée de le donner à mon petit-fils lors de sa prochaine visite. 
Lorsque j’ai ouvert l’oeuf, j’ai réalisé qu’il en refermait deux autres, plu petits mais eux aussi bien décorés.
Ni mon Capitaine ni ses amis n’avaient jamais vu de tels oeufs…
La tradition, en Belgique, lorsque j’y vivais, était de remplir ces oeufs de chocolats et de les offrir.

Ecriplume

 

 

 

Les journées sont bien remplies… mais j’étais impatiente de débuter le nouveau MOOC pour lequel je m’étais inscrite.
Il s’agissait d’un cours sur la couleur dans l’histoire de l’art.
Lundi soir, donc, mon Capitaine et moi étions devant l’écran pour suivre ce que j’espérais être un cours ou une conférence se déroulant sur trois parties.
Les trois parties étaient en effet présentes.
Mais plutôt qu’un cours, il s’agissait de séquences courtes, d’ailleurs bien faites, concentrant des informations diffusées sur un rythme trop rapide.
Impossible de prendre le temps de détailler les oeuvres abordées.
Bon, d’un autre côté, il est toujours possible de visionner encore et encore chaque chapitre.
Mais  cela ne correspondait pas à mon attente.
J’avais prévu trois soirées pour suivre ce travail…  une heure a suffi.
Nous avons alors bifurqué sur un autre MOOC consacré à la préhistoire.
Plus détaillé, mais très vulgarisé.
Mardi matin, après avoir terminé les textes qui m’attendaient, je suis partie à la recherche d’un MOOC consacré à un sujet qui m’intéresse beaucoup en ce moment: la botanique.
Cette fois, j’ai trouvé un cours gratuit en ligne s’étalant sur neuf semaines.
J’ai effectué les démarches (très simples!) nécessaire, et j’ai attendu la soirée pour pouvoir  proposer à mon Capitaine, lui aussi intéressé par les plantes et les arbres, de suivre en ma compagnie le premier volet du cours.
Suite au prochain numéro!

Ecriplume 


 

J’ai eu tendance, durant ma vie, à consacrer à mon travail énormément de temps, souvent  bien au-delà d’un traditionnel temps plein.
J’avais donc forcément mis entre parenthèses une foule de petites choses et autres sujets qui m’attiraient sans que je puisse vraiment m’y attarder.
Aujourd’hui que mes activités sont beaucoup plus compartimentées, et que je vis en contact direct avec la nature, je rattrape ce temps, non pas perdu mais ancré dans une autre réalité.
Même si je n’ai pas souvent eu l’occasion de le faire, j’ai toujours aimé consacrer des articles aux grands botanistes, et j’aime écouter parler les personnes qui ont de vastes connaissances sur le sujet.
Parmi elles, la maman et l’oncle de mon Capitaine…
Immédiatement, en arrivant en Franche-Comté, j’ai commencé à… regarder.
Je n’ai jamais été insensible à la nature, mais là… j’ai commencé à prendre le temps de voir ce que je regardais mal.
Et ce jardin que j’adore est devenu un lieu d’apprentissage, d’expériences nouvelles, de découvertes, le tout appuyé par des recherches en matière de botanique, et par la lecture des écrits de sommités d’hier et d’aujourd’hui.
Plus que jamais, le retour du printemps est devenu pour moi le moment charnière de l’année.
Celui où tout recommence…
L’évolution climatique fait qu’il annonce son arrivée plus tôt dans l’année, Depuis plusieurs jours déjà, les végétaux se transforment… et les animaux changent de comportement.
Mes protégées à plumes recommencent à explorer le jardin en trottinant allègrement, picorant tout ORNI (Objet Rampant Non Identifié) visible, faisant la sieste au soleil et profitant de leurs nouveaux locaux d’appoint.
Pomme, ma petit demoiselle bichon havanais, est au diapason: elle furète un peu partout, fouille le moindre recoin, est d’humeur plus joyeuse.
Et, surtout, surtout… elle s’assied face au chemin qui un jour, sera porteur de la plus belle des nouvelles pour elle.
Ce chemin qu’emprunte son amoureux baroudeur, Sankha, lorsqu’il revient de ses voyages pour poser son sac dans la région avec son maître lorsque le printemps est installé…

Ecriplume