septembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Catégories

Depuis 2015, une lettre soi-disant attribuée à Steve Jobs, le génial fondateur d’Apple, circule notamment sur Facebook où, encore aujourd’hui, elle continue à être abondamment  diffusée.
Cette lettre est accompagnée de deux photos de son présumé auteur, très affaibli par la maladie qui l’a emporté en 2011.
Choquée par la diffusion de ces photos, je n’avais jamais pris la peine de lire le long message qui l’accompagnait.
Jusqu’à dimanche soir où je l’ai vu sur le « mur » d’une personne réputée sérieuse.
Je l’ai lu jusqu’au bout.
Au terme de ma lecture, j’étais très mitigée.
Ce message avait-il vraiment été écrit par Steve Jobs??
Il n’a pas fallu chercher longtemps pour apprendre ce que beaucoup savaient sans doute déjà: il s’agit d’une fake news, une fausse information relayée avec enthousiasme et innocence par celles et ceux qui s’inspirent de la leçon de vie proposée.

Je ne vais pas diffuser ici une lettre faussement attribuée.
En revanche, j’ai bien envie de diffuser le lien vers un discours donné par Steve Jobs lors de la remise des diplômes des étudiants de l’université de Stanford en 2005.
Ce discours m’a marquée et au moins sommes-nous sûrs qu’il l’a bien prononcé…

  Discours de Steve Jobs

Martine Péters

Devant chez nous, en contre-bas de la route, coule une rivière bien connue en Franche-Comté: L’Ognon.
Elle est longue de près de 215 km,  serpente à travers quatre départements, traverse prairies, villes et forêts, se transforme en chutes au Saut de l’Ognon, s’affine sur certaines portions de son trajet, s’élargit à d’autres…
Depuis notre arrivée, nous l’avons déjà vue asséchée par le manque de pluie…
A l’inverse elle est sortie de son lit plusieurs fois à la fin de l’automne et en hiver, inondant des prés et quelque fois des caves au passage…
De notre côté, elle est fréquentée par des canards  qui en ont fait leur lieu de vie.
La photo que j’ai placée ci-dessus a été prise aux abords du pont du village. 
Cette rivière apporte un charme fou à la région, fait le bonheur des pêcheurs et des promeneurs.
La voir le matin lorsque j’ouvre ma fenêtre est l’un des multiples cadeaux quotidiens dont je n’arrive pas à me lasser…

Martine Péters

 

Samedi matin.
Au petit-déjeuner, j’explique à mon Capitaine:
Tu sais, j’ai un vrai problème avec mes yeux…
– Ah bon!?
– Oui. Avec mes lunettes, je vois bien de loin, mais pas de près. Et même quand je les retire, je ne vois pas nettement. Ce qui m’ennuie, c’est que je ne vois pas quand il y a de la poussière. J’ai passé un chiffon hier sur la tablette de la fenêtre de la salle de bain, et il était couvert de poussière… que je n’avais pas vue! Donc, dès que tu vois de la poussière sur les meubles ou ailleurs, il faut que tu me le dises…
– D’accord.
– … et  je te répondrai: et bien prend un chiffon et retire-là!

Une fraction de seconde, mon Capitaine m’a regardée, perplexe, puis nous avons éclaté de rire ensemble.
Quand notre accès d’hilarité s’est apaisé, il a repris:
– J’avais vu qu’il y avait beaucoup de poussière devant la fenêtre…
– Mais… pourquoi ne me l’as-tu as dit?
– Parce que j’ai eu peur que tu me sortes ce genre de phrase!


Martine Péters