juillet 2019
L M M J V S D
« Juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Catégories

       

Florence Cestac, j’adore.
Ses dessins, son humour, son irrespect d’à peu près tout ce qui est bien pensant.
Associée à Jean Teulé, elle vient de s’atteler à raconter la vie, en bande dessinée, d’un monument de la BD: Jean-Charles Ninduab dit « Charlie Schlingo ».

L’album s’appelle « Je voudrais me suicider, mais j’ai pas le temps » et est… un régal pour tous ceux qui ont aimé Schlingo.

Pour le situer à ceux qui ne le connaîtraient pas, disons que, né en 1957, il a assez mal commencé dans la vie.
Atteint de polio trois mois avant la découverte du vaccin, il est surnommé « Vilain » par ses parents qui le cachent sous la table quand ils reçoivent.
On a beau dire, ce genre de chose, ça marque…
Seul coin de ciel bleu dans cet univers à la Dickens: son adorable grand-mère, tendre et aimante, qui l’initie à Popeye, Pépito et Tartine Mariole.

Il deviendra ensuite un auteur étincelant…
Optimiste et désespéré, il est drôle, délicat, charmant, ingérable, élégant et mal élevé.
Sa vie est parsemée de hauts et de bas, de réactions inattendues ou démesurées. Il ira jusqu’à accrocher le fameux professeur Choron à un portemanteau pour se faire payer les six mois de salaire qu’il lui doit. Mieux encore: pour arrêter la drogue, il choisira l’option de… jeter son dealer par la fenêtre! Expéditif, mais efficace.
Agressif lorsqu’il était ivre, il faisait peur aux gens qui ne le connaissaient pas, mais avait un côté tellement émouvant que ceux qui l’approchaient de plus près fondaient pour sa personnalité.
Un exemple? Il a déclenché un jour une bagarre générale après avoir quasi massacré un homme qui avait giflé une femme.
Ayant horreur de la « brutalitude », il a tout cassé.
Mais, poli, il a ensuite écrit un désarmant petit mot d’excuse: « Je sais que ce n’est pas bien de taper sur la tête des copains ou de les étrangler. »

Son mal de vivre caché sous une drôlerie irrésistible, il le noyait dans l’alcool.
Sa commande en arrivant dans un bistrot? « Patron, une cuite, s’il vous plaît! »
Ce qui devait arriver arriva: brisé par ses excès, Schlingo est parti trop tôt, 49 ans, en 2005.
Il laisse 18 albums, et un passage remarqué dans des revues et journaux comme « Hara-Kiri », « Charlie Hebdo » ou « Fluide Glacial ».

La BD qui lui est consacrée est hilarante, touchante, dérangeante… tout lui!

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, c’est le moment où jamais de le découvrir.
Et pour vous faire une idée de son humour un brin décalé, voici l’une de ses célèbres tirades…

LE PANTALON
Poème de Charlie Schlingo

Un pauvre pantalon s’ennuyait tous les jours
Oh, mon Dieu!
Que les jours étaient longs.
Mieux vaut l’amour sans pantalon
Qu’un pantalon sans amour.

« Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps », Florence Cestac et Jean Teulé, Dargaud.

Vous aimez les spécialités locales?

En vous baladant dans Nantes, vous croiserez deux institutions chères aux fins palais:

– La confiserie « Chez Bohu » propose les « rigolettes » aux fruits et les berlingots biscornus.

– La chocolaterie Gautier -Debott mérite le déplacement, non seulement pour la saveur de ses produits, mais également pour le cadre qui en fait un lieu incontournable du patrimoine nantais. Le magasin, murmure-t-on, n’a pas changé depuis que Jules Verne, enfant, y achetait ses friandises.

images11.jpeg
Depuis plusieurs jours, j’essayais d’entrer en contact avec Steffen Patzwahl, directeur zoologique du Parc Paradisio, en Belgique.
Unique parc, pour mémoire, à avoir réussi à faire naître des oisillons Becs-en-Sabot en captivité, l’an dernier.
Ce mercredi, ô joie, ce monsieur charmant, de retour de voyage, a eu la gentillesse de me rappeler et de me raconter l’histoire des protégés du jardin zoologique…

L’oiseau étant en voie d’extinction, le rôle des zoos va s’avérer primordial pour aider à sa survie, dans les années à venir.

Seulement voilà… les rares spécimens vivant dans les différents parcs à travers le monde (à Berlin, à Prague, à Zürich, en Belgique et à Tokyo notamment) sont aujourd’hui adultes. Et tellement imprégnés par la présence de l’homme qu’ils n’acceptent plus de partenaires de leur espèce.
Impossible donc d’espérer les voir se reproduire.

En 2003, l’équipe du zoo belge a demandé une autorisation d’importation de Becs-en-Sabot auprès des autorités africaines.
Son but: adopter plusieurs jeunes adultes, et tenter de favoriser la reproduction, en leur permettant d’évoluer dans le parc dans des conditions proches de celles de leur milieu naturel. images9.jpeg
Sur les quatre oiseaux adoptés, un couple s’est formé. En 2006, ils ont construit un nid. Un oeuf est apparu, mais, non fécondé, il n’a abouti à aucune naissance.

En 2007, calme plat: ni nid, ni oeuf à l’horizon… Vague de désespoir sur l’équipe du zoo…

Les responsables se sont alors interrogés. Comme ces volatiles sont solitaires, ils se quittent après la naissance des oisillons et reprennent leur chemin. Pour poursuivre cette logique naturelle, le couple a donc été visuellement séparé. L’idée était bonne…

L’année suivante, au mois de mai, lorsque les beaux jours sont arrivés, tous deux ont été remis en présence, au bord d’un étang aménagé.
Apparemment, les conditions étaient idéales: une parade nuptiale a aussitôt eu lieu, suivie par la construction d’un grand nid… et par l’arrivée de deux oeufs. Ceux-ci ont été mis en couveuse, dans l’espoir qu’une deuxième ponte ait lieu.

Ce voeu n’a pas été exaucé, mais les deux oeufs ont éclos en juillet 2008, après 42 jours d’incubation (et non 32 comme l’indiquaient les livres jusqu’ici).

Les deux oisillons ont survécu, beaucoup grandi, et mangent aujourd’hui seuls. Ils partiront bientôt pour le zoo de Zürich (Suisse) pour poursuivre le programme de reproduction.

Parallèlement à cette grande première mondiale, le zoo Paradisio a malheureusement vécu une véritable tragédie en perdant le mâle reproducteur dans un accident, et cherche aujourd’hui un oiseau pour le remplacer.

A la question: « Les zoos peuvent-il unir leurs efforts pour mettre sur pied un programme de réintroduction et de protection du Bec-en-Sabot dans son milieu naturel? », SteffenPatzwahl répond que l’idée est en cours. Mais il faudra pour cela délimiter une réserve en Afrique Centrale pour que l’oiseau et son habitat soient protégés. Ce qui implique évidemment pas mal de formalités administratives, et un lent processus d’acceptation du côté des habitants de ces régions.

Dans sa vie quotidienne, le Bec-en-Sabot est un grand solitaire. Les vidéos que vous pouvez voir (dans la section vidéo de ce sujet), tournées au zoo de Tokyo ne peuvent donc que choquer. Il y est cerné par le public, dans une promiscuité bruyante très peu respectueuse de l’animal. En souffre-t-il? « Dans ce zoo, les oiseaux ont été nourri à la main par leurs soigneurs, explique le directeur du zoo Paradisio. Ce qui explique qu’ils n’ont pas peur de l’homme. Ils ne souffrent pas vraiment de leurs conditions de vie, mais, comme nous l’avons dit plus haut, sont en revanche incapables de se reproduire car ils sont trop proches de l’homme. Plus ils sont farouches, plus ils se sentent à l’aise avec leur partenaire. »

Le Bec-en-Sabot peut vivre entre 20 et 30 ans.
Viendra forcément un moment où, dans les zoos, les problèmes de consanguinité vont être cruciaux. Grave? Pas vraiment estime M.Patzwahl qui précise: « Saviez-vous que tous les hamsters que l’on trouve aujourd’hui proviennent de la même femelle? Et il n’y a pas de réels problèmes dus à cette consanguinité… »

Les oiseaux nés en Belgique arriveront à Zürich le mois prochain. Ils seront placés en quarantaine avant d’être présentés à la presse et au public.

Quant au mâle reproducteur qui vit actuellement dans le zoo suisse, même s’il commence à prendre de l’âge, il partira bientôt pour le parc Paradisio, où tout le monde espère qu’il séduira la femelle qui y vit.

Tous les espoirs des deux directeurs de zoos se portent dans un premier temps sur ce mâle, les jeunes oiseaux étant trop jeunes pour procréer.

Lorsque l’on sait qu’il n’y a qu’une dizaine de Becs-en-Sabot en Europe, dont cinq à Prague, on comprend l’enjeu…images12.jpeg