février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

En Suisse, Roger Federer est une star. Sans doute le sportif le plus aimé. Je pense donc qu’aujourd’hui, alors qu’il vient enfin de remporter magnifiquement Roland Garros, tout le pays doit être fou de bonheur… et je vibre avec lui. Il est désormais le plus grand champion de tennis, à l’égal de Pete Sampras, ayant gagné les quatre tournois du Grand Chelem. Son adversaire disait d’ailleurs en fin de match qu’il est le plus grand joueur de l’Histoire.

Ses larmes d’émotion, à la fin du match, m’ont bouleversée, tout comme la remise de la coupe, donnée par Agassi, un fabuleux champion, lui aussi. Puis j’ai regardé la longue interview qu’il a donnée à l’équipe de Stade 2. Il pleuvait, il était transi de froid, il grelottait, mais il a continué à parler sans faire de caprice, simplement, avec l’imperméable de l’un des journalistes plié sur les genoux. Il a même éclaté de rire en entendant la parodie qu’a fait de lui Nicolas Cantelou avant le match.

Vous pensez que je suis chauvine? Pas vraiment, non… Qu’il soit Suisse, Belge, Français ou Papou, c’est la même chose. Si Federer est autant aimé, ce n’est pas uniquement parce que c’est un immense champion, élégant et d’une classe inégalée. C’est aussi parce que c’est un très bel humain. Sa disponibilité, sa gentillesse et l’effort qu’il fait de s’exprimer en français (pour ceux qui l’ignoreraient, il est de langue maternelle allemande et a fait d’immenses progrès dans notre langue) forcent la sympathie.

Et s’il avait perdu aujourd’hui… et bien j’aurais écrit exactement la même chose.

Martine Bernier

 

Pendant que je suis à l’Hôpital des Oiseaux Blessés en ayant le sentiment que je n’ai plus ni avenir ni espoir, la Terre tourne…

Et Obama est en France où il a honoré les vétérans de la Grande Guerre, cet après-midi, en Normandie aux côtés des autres dirigeants des pays alliés. Très charismatique, très médiatisé, toujours juste dans ses gestes, dans ses mots. Cela devient presque un lieu commun de dire qu’en le regardant, on sent le monde en marche. J’ai lu avec attention le discours qu’il a prononcé au Caire. Et une fois encore, son intelligence, son honnêteté et son courage me bouleversent. Il a choisi sa voie et va au bout des choses. Avec un cran qui force l’admiration.

Oui… un homme courageux.

Du fond de ce gouffre dans lequel je suis plongée, je suis heureuse de savoir qu’il existe.

M.B.

 

La nouvelle est tombée hier: l’acteur David Carradine a été retrouvé mort en Thaïlande.
Dans un premier temps a été évoqué un suicide.
Aujourd’hui, on parle de décès lors de pratiques sexuelles solitaires violentes.
Son histoire lui appartient.
Ce n’est pas la nouvelle de la disparition de l’homme qui m’apporte une pointe de nostalgie.
C’est le souvenir du personnage qu’il interpréta dans la série Kung Fu (oui, je sais, sa carrière est loin de se résumer à cela…) . Ce moine shaolin en fuite qui parcourait le monde à pied…
Je me souviens de la musique du feuilleton, de son ambiance particulière, zen avant la mode, des dialogues, du « Petit Scarabée » et de son Vénérable.
Des mots qui m’attendrissent car ils sont liés à notre propre histoire…

Le personnage était riche.
L’homme, lui, a eu plus de mal à suivre son chemin.
Comme quoi les rôles ne déteignent pas forcément sur leurs interprètes…
Et… même les Petits Scarabées meurent

M.B.