février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Il fallait bien le savoir d’un maître-crêpier pour oser un ouvrage sur ce plat respectable entre tous qu’est la crêpe!
L’homme exerce depuis plus de 25 ans dans le quartier breton de Paris. Cela lui donne une certaine assise qu’il a mise au service de la Grand Messe des Crêpes.

Dans « Faites des crêpes! », vous trouverez les recettes des appareils à crêpes basiques, l’art et la manière de réaliser ces petites merveilles et de les faire sauter, et un nombre impressionnants de galettes et crêpes, de la plus classique à la plus inventive.
Pour faire bonne mesure, un chapitre est également consacré aux blinis et aux pancakes.
Le tout agrémenté de photos à vous mettre l’eau à la bouche!

« Faites des crêpes salées et sucrées », Jean-Pierre Noirot et Frédéric Faye, Editions France Loisirs.

La semaine dernière, le site Wikipédia annonçait la mort de deux sénateurs américains.
Léger problème: les deux sénateurs en question étaient bel et bien en vie.
C’est ballot…
Il s’est révélé que l’un d’eux, Ted Kennedy pour ne pas le nommer, avait eu un malaise le jour de l’investiture du président Obama.
De là à l’enterrer, c’est un peu court, jeune homme…

Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, a bien failli nous faire un malaise à son tour en découvrant les fausses informations diffusées sur le site.
Il a donc décidé de durcir les règles de publication des articles en ligne.
Un changement de procédure de validation approuvé par 60% des participants à un sondage en ligne.
Dans deux semaines, une deuxième consultation aura lieu sur le sujet.
D’ici là, chacun dispose de ce délai pour proposer des contre-propositions.
Le débat fait rage.
Aux yeux des utilisateurs, il est important. Son issue pourrait bouleverser le principe de l’encyclopédie permettant à n’importe qui d’apporter sa contribution.

Et l’on arrive à un point que tous les utilisateurs professionnels de Wikipédia, dont je fais partie, connaissent: toutes les informations qui s’y trouvent doivent impérativement être vérifiées avant d’être réutilisées. C’est l’une des très sérieuses failles de cet outil, au demeurant pourtant utile.
Lorsqu’il s’agit du nombre de termites logeant sous le même toit dans les plaines de Somalie orientale, le mal n’est pas trop important.
Quand il s’agit d’annoncer à tort le décès de quelqu’un, c’est un autre problème.

Ecrire, créer, chacun ou presque peut le faire.
Jouer au journaliste, c’est autre chose, quoi que l’on en pense.
Un code d’éthique que tout journaleux qui se respecte est censé respecter, nous recommande notamment de vérifier et de vérifier encore et encore nos informations avant des publier.
Ne pas respecter cette règle essentielle est, à mes yeux du moins, extrêmement grave.
Alors oui, j’avoue, que la nouvelle du durcissement du processus de diffusion sur Wikipédia a tendance à me soulager, voire à me plaire.
Tout en sachant que l’erreur est humaine. Et que, même au sein de la profession, certains en ont également commises de magistrales…

Pour mémoire, ces dernières semaines,  Post.fr a évoqué la fausse mort de Flavie Flament, après que celle de la Reine Fabiola ait été mise en ligne par errer sur un site internet de la télévision flamande. Même le chanteur Enrico Macias a eu droit à sa rumeur, dans le Parisien qui aurait publié, ce week-end, une fausse information indiquant qu’il aurait été victime d’un tireur fou en rentrant chez lui. Ce que le chanteur aurait démenti avec rage. On le comprend.

Je mets tout cela au conditionnel: je n’ai pas vérifié… et le comble serait que, à mon tour, je sois prise dans l’engrenage de l’amplification involontaire du lancement de la rumeur!

Martine Bernier

images17.jpeg

Les photos de Philip Plisson comptent parmi les plus vendues à travers le monde. Il est LE photographe de la mer, marin aguerri et ami des navigateurs. Avec son œil d’artiste et son âme d’aventurier, il a aussi des racines plantées en pleine terre de Sologne.

Dans les bureaux de son entreprise, à Crac’h, en Bretagne, à deux pas de la Trinité-sur-Mer, les murs sont couverts de photos de personnalités et de lieux qu’il aime. Partout, des visages connus, des bateaux, des vagues… Sa vie.
Les yeux de Philip Plisson ont la couleur des fonds marins. Une prédisposition pour cet homme amoureux de la mer et de la navigation depuis son plus jeune âge. C’est pourtant en Sologne qu’il a vécu ses premières émotions, dans une famille hors du commun.
« Je suis très titi parisien par mon côté maternel. Quand elle avait 15 ans, ma mère écoutait chanter Edith Piaf dans une station de métro, à Ménilmontant. Côté paternel, ma grand-mère était une femme exceptionnelle, chef d’entreprise, capable de faire des folies. Avec mon grand-père, architecte, ils se sont lancés dans le bâtiment puis, après la guerre, dans une entreprise de cimetières qui s’est développée. Mon grand-père a cependant gardé la ferme qu’il possédait: 400 hectares d’exploitation et de chasse en Sologne. »

Entre terre et eau…

Très marqué par l’influence de cet aïeul dont il est proche, le jeune Philip se rend sur l’exploitation tous les jeudis. Il participe aux travaux de la ferme, aux soins des animaux, aux labours, au battage… « C’était un terrain de jeu fabuleux. J’y ai appris mille choses. Comme, par exemple, que le cochon est le plus tendre et le plus accueillant des animaux de la ferme! Mon grand-père m’a appris à voir, à goûter, à boire le bon Sancerre, à accommoder le gibier. J’accompagnais les chasseurs, même si je n’ai jamais chassé moi-même… Je les respecte. Ils ont une approche de la nature souvent très intelligente. Mon grand-père avait également un étang de 200 hectares. Mon père, passionné de voile, a acheté le premier bateau de la famille en 1955. En 1970, il a créé le premier club de voile de France en navigation intérieure. Nous naviguions sur la Loire, le plus beau de nos fleuves, avec ses caprices, ses folies… Le seul à avoir des marées. J’adore les marées basses… »

« Je veux vivre de la photo! »

Dans cette famille bourgeoise aisée, le goût de la nature, de la navigation, mais aussi de la photographie se transmet de père en fils. Avec l’appareil photo qu’il reçoit pour sa communion, à 9 ans, l’enfant apprend à regarder et à transmettre les images qui le touchent. Il se poste dans le chenal de la Trinité-sur-mer où sa famille loue une maison, et prend des clichés des bateaux. Rapidement, il est autorisé à y monter, fait la connaissance de « Babar », le père d’Eric Tabarly, et devient lui-même un homme de mer en faisant son service militaire dans la marine, à 18 ans. Si sa carrière professionnelle, débutée par un diplôme d’électricien et poursuivie dans la vente de sous-vêtements féminins, l’entraîne loin de ses passions, il n’en continue pas moins de naviguer et de s’adonner à la photo. « J’avais décidé qu’avant 30 ans, je vivrais de la photo. C’est ce que j’ai fait. J’ai ouvert mon agence dans laquelle je réalisais notamment des prises de vue publicitaires en studio. »

Peintre de la Marine

Barreur en haute mer, Philip Plisson s’illustre en participant notamment avec brio à la course transatlantique La Rochelle / La Nouvelle Orléans avec Guy Delage. Sa façon de naviguer lui vaut le respect et l’amitié des skippers les plus aguerris. De fil en aiguille, des mandats professionnels de plus en plus importants lui sont confiés. En 1991, il est nommé Peintre de la Marine. Composé de peintres, graveurs, photographes, ce corps unique au monde a été constitué par l’Etat français en 1830. Il permet à ses membres d’embarquer sur n’importe quel vaisseau ou d’être envoyé dans les ports en guerre avec pour mission de témoigner. Cette charge de titulaire est assortie du grade de Capitaine de Corvette. Pour ce marin bourlingueur, ami d’Eric Tabarly, de Jean-François Deniau et de tant d’autres, l’honneur est de taille…

Pêcheur de rêve

Aujourd’hui, ses photos de vagues déchaînées s’écrasant sur les flancs des phares imperturbables s’arrachent. De par le monde, les amateurs en mal d’iode et d’air marin trouvent dans ces clichés un peu de la magie qui leur manque au quotidien. Ainsi, en dix ans, la célèbre photo du Phare de la Pointe des Poulains, cernée par la mer en furie, s’est vendue à plus de deux millions d’exemplaires. Sa réussite, Philip Plisson la constate avec une bonhomie à la fois amusée et surprise. Il l’explique en relevant qu’il a la culture de ses sujets. S’il possède plusieurs bateaux, il n’a plus guère le temps d’aller au-delà du chenal de la Trinité, pour son plaisir. Dès qu’il a un peu de temps libre, il le consacre à sa famille. À son épouse, Marie, à ses trois enfants qui, tous, travaillent avec lui et à ses petits-enfants. En 30 ans, il a pris 450’000 photos vendues dans trente-deux pays. S’il avoue préférer le côté artistique de son métier à la partie plus administrative, il n’a aucun regret, mais un souhait « un peu fou », estime-t-il. Acheter un bateau de 24 mètres doté d’une hélistation, lui permettant de naviguer sur et au-dessus de toutes les mers du monde pour expliquer à travers ses photos, leur importance économique. Et pour continuer à nous entraîner dans la magie des océans…

Martine Bernier

Présentations nouvelles
Le photographe continue à passer sa vie en reportage, sillonnant toutes les régions du monde en quête d’images de rêve. A son retour, il reprend son poste de chef d’entreprise, à la tête d’une équipe de 41 personnes… dont 35 femmes. Toujours à la recherche de nouveautés, sa société « Pêcheur d’Images » a récemment créé un nouveau concept de reproductions laminées sur bois. L’image, finement plastifiée, est ainsi lavable et accrochable partout. Parallèlement, la nouvelle collection de « digigraphies » propose des reproductions d’originaux de Philipp et de son fils Guillaume Plisson, en édition limitée, numérotée et signée.

+ D’INFOS

Site Internet: http://www.plisson.com/

images19.jpeg