janvier 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Télévision, internet, radio, presse écrite… tous les médias relatent la situation internationale plus que tendue, la catastrophe aérienne dramatique survenue  à Téhéran et la poursuite infernale des feux en Australie.
Une horreur…
Autant dire que c’est le coeur lourd que, comme tout le monde, je suis l’actualité.
Heureusement que nous avons les petits riens du quotidien qui réservent souvent des surprises émouvantes. 
Ce soir-là, je me suis dirigée plutôt morose vers le poulailler, les poules et moi.
Enfin… surtout moi.
J’ai rentré mes poules qui semblent en avoir plus qu’assez de l’hiver, et c’est là que je l’ai vu.
Un oiseau rouge dans le poulailler…
C’était un bouvreuil.
Incroyable pour moi qui n’en avais jamais vu…. 
J’ai dû vérifier dans l’un de mes livres pour découvrir de quel oiseau il s’agissait, apprenant par la même occasion qu’en effet, ils vivent dans la région.
Il avait trouvé refuge dans ce lieu plutôt cosy pour lui, et semblait affolé de nous voir faire irruption dans son nouveau domaine.
Il s’est caché dans un recoin où je ne pouvais plus le voir pendant que les poules se perchaient à leurs places habituelles.
J’ai hésité.
Devais-je débusquer l’oiseau pour qu’il sorte?
J’ai choisi l’option de le laisser en paix pour ne pas le stresser.
J’ai refermé la porte en sachant qu’il y avait un hôte de plus dans la pièce…
Le lendemain matin, il n’a pas donné signe de vie. 
Je me suis occupée de mes protégées et j’ai posé à l’extérieur des mangeoires remplies de plusieurs sortes de graines, comme d’habitude.
Un peu plus tard, des nuées d’oiseaux picoraient avec mes poules…
J’imagine que le petit bouvreuil se trouvait parmi eux…

Martine Péters

On en a beaucoup parlé depuis quelques jours
L’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo a eu lieu le 7 janvier 2015.
Cinq ans déjà… et personne n’a oublié.
Il est impossible d’oublier, pour moi comme pour chacun de nous.
Je ne vais pas détailler mes sentiments, ce ne serait intéressant pour personne.
Mais j’avais envie de leur envoyer une pensée, une lumière, à travers ces deux dessins qui leur ont été dédiés sur les les murs de rues de Paris…
Et je ne peux que recommander la lecture du livre de Riss, actuel directeur de Charlie Hebdo, et rescapé de la fusillade.
« Une minute quarante-Neuf secondes » est un récit intime, pudique, engagé, essentiel.

Martine Péters

Mardi matin.
Je me remets d’un assaut aussi violent que passager de la part d’un virus très antipathique qui passait par là. 
Bien décidée à passer une meilleure journée que la précédente, j’ouvre les stores en m’attendant à voir, si pas un franc soleil, du moins de la lumière.
Mais… non.
Stores ouverts, il fait aussi sombre que s’ils étaient restés fermés.
Le temps passe… 
Huit heures et toujours pas un peu de clarté.
Le verdict est tombé: nous allons avoir droit à une météo tristounette et bien de saison, qui va mettre mes poules et mon Mogwaï de mauvaise humeur.
Je n’y coupe pas.
Pomme sort pour sa balade matinale et revient au pas de course en me lançant un regard noir.
Pour elle, je suis apparemment responsable du temps qu’il fait et qui ne lui plaît pas du tout.
Même topo chez mes poulettes qui n’ont aucune envie de se lever.
Je les pose sur le sol, leur propose des assiettes bien remplies contenant trois sortes de graines appétissantes, dans l’espoir de les amadouer… mais, peine perdue, elles s’éloignent en se dandinant et en lançant des « pôôôôt » réprobateurs.
Bon. Soit.
Du travail m’attend.
Vive la joie de vivre naturelle des animaux lorsqu’ils sont confrontés à la pluie!
Rien de tel pour le moral!
Je suis rentrée plutôt amusée.
Entre mon bichon boudeur et mes poules outrées, je suis gâtée!

Martine Péters