novembre 2019
L M M J V S D
« Oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Catégories

Il va de soi qu’en écrivant l’article sur le Sieur  d’Iberville, il y a deux ou trois jours, je savais et j’espérais qu’il évoquerait des souvenirs à ma chère Dame de Chiboz qui, bien qu’habitant en Suisse, a vécu son enfance et a fait ses études au Canada.
Cela n’a pas manqué…

Elle m’a écrit, m’apportant des précisions que j’ignorais.
Je sais quelle ne m’en voudra pas de livrer ici une partie de nos échanges sur le sujet:

Incroyable que tu racontes Iberville avec un de mes acteurs préférés : Albert Millaire, homme de théâtre qui ne supportait pas le patois du Québec…grand défenseur de la langue française.
Étonnant aussi parce que mon frère  habite à Saint Jean D’Iberville.

Iberville est né à Ville Marie…Montréal portait le nom de Hochelaga nom indien Iroquois.. Jacques Cartier après être arrivé à la Baie des Chaleurs en 1534 (Gaspésie )  rejoint Hochelaga et donne le nom à une montagne ou colline «  »Mont Royal »…puis…Hochelaga devient Ville Marie…et plus tard Montréal…
J’ai adoré mon histoire du Canada…si tu savais à quel point…

Ce que je sais, c’est qu’écouter mon amie, qui aurait été une brillante historienne si elle avait pu suivre cette voie, parler de l’histoire du Canada ou du Valais est toujours un délice…

Martine Péters

Vous l’avez sûrement remarqué: les en-têtes de Google sont porteuses de messages à l’intention des usagers qui voient leur attention attirée  par un dessin mêlé au nom Google.
Celui du 5 novembre m’a captée… je l’ai trouvé beau et intriguant.
J’ai donc cliqué sur le premier O pour savoir qui était l’homme dont le portrait nous était présenté.
Et j’ai appris qu’il s’agissait de René Maran, écrivain martiniquais qui a reçu le Prix Goncourt en 1921 pour son roman Batouala.
Il a été le premier écrivain noir à être lauréat de ce prix prestigieux.
Il y a des jours où j’aime beaucoup Google.

Martine Péters

Nous prenions notre petit-déjeuner et je parlais avec mon Capitaine lorsqu’il m’a interrompue pour dire brusquement:
– Il faut que je pense à sortir la poubelle blanche, ce soir!
Perplexe, je l’ai regardé:
Mais… c’est comme cela que tu m’écoutes? Je te parlais de quelque chose d’important et tu me parles de poubelle!
– Oui, mais… c’est qui , la « plou belle »? C’est toâ!

C’est idiot, je sais… mais cela me fait rire!

Martine Péters