décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Martine Bernier

Depuis que j’ai lu le délicieux livre d’Anny Duperey « Le Poil et la Plume » et que j’y ai découvert son amour pour les poules, je me sens moins seule à vivre cette relation étonnante qui me lie aux miennes.
Et là, depuis que la période de gel est arrivée, sur la région, je me faisais beaucoup de souci pour elles.
Le poulailler est calfeutré, mais les nuits sont glacées.
La température tombe largement au-dessous de zéro.
L’hiver dernier déjà, cela m’avait préoccupée.
Cette fois, c’était pire… 
Chine n’a toujours pas retrouvé son plumage après sa mue tardive, et mes deux petites poules hollandaises, qui n’ont pas de duvet, sont clairement plus frileuses que les autres.
Il fallait trouver une solution.
Dans un premier temps, mon Capitaine a suspendu dans le poulailler une lampe chauffante.
Mais elle éclairait tellement que c’était prendre le risque que les poules ne dorment pas.
Jeudi, après une courte conversation, il est passé au plan B et a installé un petit chauffage dans le poulailler.
Pas question bien sûr de chauffer la pièce à outrance.
Les poules ne pourraient dans ce cas plus s’adapter aux températures extérieurs…
Non. Le but était de couper le gel et de leur permettre de passer des nuits correctes.
Jeudi soir, donc, alors qu’elles étaient installées pour la nuit, le radiateur a été posé, nous l’avons allumé au minimum et j’ai laissé mes protégées pour la nuit.
Le lendemain matin, en ouvrant la porte, j’ai tout de suite pu constater que la température était plus supportable.
Le thermomètre annonçait un minimum de 5°.
Mes trois poulettes les plus sensibles au froid s’étaient installée près de la source de chaleur, et toutes semblaient en pleine forme.
Je leur ai servi leur repas à l’extérieur et toutes sont sorties, vives et curieuses.
Le plan B était le bon…

Martine Péters (Bernier)

Depuis des années, je suis avec bonheur l’émission de Frédéric Lopez « Rendez-vous en Terre Inconnue ».
Je trouve cet homme inspirant, et son émission est à mes yeux la plus belle.
C’est donc avec une pointe de tristesse que j’ai appris qu’il passait le relais et qu’il ne serait plus que producteur de l’émission en question.
Dans la semaine, avec mon Capitaine, nous avons regardé le dernier voyage de Frédéric Lopez, qu’il a effectué en compagnie de l’astronaute Thomas Pesquet en Colombie, chez les Kogis.
Une merveille tout en pudeur et en retenue, riche en enseignements, à des années-lumière de la pitoyable soupe servie ordinairement par trop de  chaînes de télévision.
J’ai adoré, du début à la fin.
Partir avec un homme aussi particulier que Thomas Pesquet était un cadeau magnifique pour les téléspectateurs que nous sommes…
Après l’émission, Frédéric Lopez, a présenté son successeur, Raphaël de Casabianca qui partira à sa place désormais.
Et qui est déjà parti puisque la prochaine émission a été tournée.
Cet homme sensible devrait exceller dans son nouveau rôle.
Mas j’avoue que son prédécesseur me manquera, comme il manquera à bien d’autres…

Martine Bernier
 

Alors que nous étions tous attablés pour le repas de son anniversaire, Eya, 7 ans, jouait avec ma main.
Intriguée par son manège, je la regarde.
Elle a l’air contrariée.
– Qu’est-ce que tu fais?
Elle me montre mes doigts en faisant la moue:
– Mais… qu’est-ce que tu as mis sur tes ongles?
– Heu… du vernis, pourquoi?
Mais!!!!  On ne le voit pas!
– C’est normal, c’est juste du vernis transparent.
Elle me lance un regard perplexe:
– A quoi ça sert, si on ne le voit pas?
– A donner un aspect brillant aux ongles…
Elle secoue la tête, dépitée:
–  Mais non. Tu dois mettre de la couleur.
Je n’aime pas avoir les ongles rouges…
Oh mais ce n’est pas grave: tu peux mettre du rose!
– J’en mets parfois, mais, très, très pâle. Si tu le voyais, tu me dirais encore qu’il ne sert à rien!
– Alors un beau rose très rose!
– Nooooon!
Avec son petit minois, Eya est craquante.
Elle me regarde une nouvelle fois, désolée, réfléchit et poursuit, triomphante:
–  Je sais! Il y a du vernis noir! Tu aimes bien le noir!
– Oui… mais pas sur les ongles!
– Tu peux choisir autre chose: il y a toutes les couleurs!
Au secouuuuurs! Je ne veux pas ressembler à un arc-en-ciel!
Amusée, elle m’adresse un sourire compatissant:
– T’inquiètes pas, Mamitine, on va y arriver…

Martine Bernier