décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Actualités

La Franche-Comté est une région dans laquelle le respect pour l’Armée est très ancré.
Je n’y connais personne qui n’a pas, dans sa famille ou parmi ses amis, au moins un militaire.
Lorsqu’un soldat décède sur un terrain d’opération ou en exercice, la tristesse est bien présente…
C’est dire si la nouvelle de la mort de treize d’entre eux au Mali affecte chacun.
Certains de nos amis ont eux aussi des fils engagés dans des opérations délicates.
Tous ces élément nous rendent d’autant plus sensibles à la souffrance épouvantable des familles de ces hommes courageux.
Tous avaient autour d’eux des proches qui les aimaient, une vie riche, des passions, des projets.
J’ai infiniment de compassion pour toutes ces familles, ces femmes et ces enfants qui vont devoir apprendre à vivre avec le manque de l’être aimé…

Martine Péters

 
 

Certains bastions de notre culture s’effondrent.
Si, si.
Sans doute avez-vous appris, voici quelques semaines, que le célèbre mot anticonstitutionnellement, considéré, avec ses 25 lettres, comme le plus long de la langue française, a perdu son titre.
Et il l’a perdu au profit de « intergouvernementalisations » qui, lui, en compte 27.
Je suis traumatisée.
Re si si.
Quand j’étais enfant, j’avais mis un temps fou à retenir le premier!
Et puis… le petit nouveau a un « s » final qui ne me plaît pas du tout.
Notez que nous avons échappé au pire.
Il existe en effet beaucoup de mots plus longs que ceux-ci, mais les termes scientifiques et médicaux ont été déclarés hors jeu.
Exit donc les 29 lettres de  « hexakosioihexekontahexaphobie » (qui est la peur du nombre 666) ou, mieux encore, les 32 lettres de « cyclopentanoperhydrophénanthrène » (la structure chimique cyclique qui entre dans la composition de certaines molécules biochimiques).
Voilà.

Martine Péters

J’avoue.
Lorsque mon Capitane m’a proposé de le suivre en Franche-Comté, j’ai été notamment appâtée par le fait qu’il m’a expliqué que le climat y était plutôt frais, voire bien pluvieux, ce qui m’arrangeait.
Dès notre arrivée,  fin août 2017, nous avons eu droit à une chaleur étouffante.
Il m’a rassurée en me disant que c’était assez exceptionnel.
L’été suivant, rebelote.
Le réchauffement climatique touchait tout le monde…
Depuis le début de la canicule, je me dis la même chose.
Personne n’est épargné, quel que soit le recoin de la planète où nous vivons.
Sauf que…
En écoutant la météo dimanche soir, avec une certaine fébrilité,  nous avons appris que la dite canicule avait pris fin dans une large partie de la France.
Seuls 32 départements étaient encore en vigilance orange, et souffraient encore de températures très élevées.
Parmi eux, ceux qui se trouvent dans le  Grand Est.
Le Grand Est? Késako?
J’ai eu comme un doute…
Mais… c’est chez nous, ça?
Horreur et damnation.

Martine Péters