octobre 2021
L M M J V S D
« Sep    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Catégories

Actualités

Lorsque je vivais en Belgique, mes parents m’avaient inscrite dans une école catholique où j’ai passé toute ma scolarité dès l’âge de 2 ans 1/2 .
Je garde un souvenir reconnaissant et parfois amusé de l’éducation très stricte et de l’enseignement que j’y ai reçu.
Ils m’ont été utiles durant toute ma vie, et le sont encore aujourd’hui.
Même si j’ai pris mes distances avec toute forme de religion sans que cela n’altère en rien ma vie spirituelle, je reste très attachée à la personnalité des Soeurs qui nous entouraient.
Elles étaient de belles personnes que j’ai d’ailleurs revues pour certaines  après avoir quitté l’école et être partie en Suisse.
Depuis quelques jours, c’est avec horreur que j’entends les conclusions du rapport Sauvé  sur la pédocriminalité dans l’Eglise, indiquant qu’au moins 330 000 mineurs ont été agressés depuis 1950.
Je pense aujourd’hui à toutes ces victimes qui ont vécu l’enfer, à tous les croyants qui doivent prendre cette nouvelle comme un énorme coup de massue remettant en question les bases même de leur confiance.
Mais je pense aussi à toutes celles et ceux qui se comportent et se sont comporté de manière droite, et qui, sans le mériter, vont percevoir de la suspicion voire pire dans certains regards.
Quant à ces criminels en soutane… il n’y a pas de mots.

Martine Péters

 

La stupidité est d’autant plus insupportable lorsqu’elle est doublée de méchanceté.
La plupart du temps, je garde mes réactions pour mon cercle intime.
Cette fois, ce qui se passe depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux me choque tellement que j’ai décidé de m’en faire l’écho.
Voici ci-dessous un article de Steve Tenré, journaliste au Figaro, décrivant ce nouveau phénomène de débilité collective qui vise cette fois les enfants nés en 2010.
Martine Péters

Vous pouvez également retrouver l’article en ligne sur le lien suivant: https://www.lefigaro.fr/actualite-france/anti2010-blanquer-defend-les-eleves-de-sixieme-harceles-sur-les-reseaux-sociaux-20210916?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20210917_NL_ACTUALITES]&een=db44e459394d8cfaaca2213e05d0a30e&seen=2&m_i=Za52IcQES0VmxGJc0Es7JGZzzlOJSE_4ryxezhJ9ZGomgohBM03UdIl8QWGMHf9Co6IvxLVU9dciT%2BPW9VbSGGktiioVnsxfZN

#Anti2010 : Blanquer défend les élèves de sixième, harcelés sur les réseaux sociaux


 

Depuis la rentrée scolaire, le mot-dièse #Anti2010, qui réunit sur les réseaux sociaux insultes, moqueries, voire menaces, cible les jeunes collégiens de sixième nés en 2010.

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a réagi, ce jeudi 16 septembre, à une campagne de dénigrement massivement relayée sur les réseaux sociaux. Depuis la rentrée scolaire, le mot-dièse #Anti2010, qui réunit insultes, moqueries, voire menaces, cible sur des plateformes telles que TikTok, Twitter ou Instagram les jeunes collégiens de sixième, nés en 2010.

«Il y a un mouvement qui monte et qui consiste à mal accueillir les élèves de 6e et à embêter les élèves nés en 2010. C’est évidemment complètement stupide et contraire à nos valeurs», a martelé dans une vidéo diffusée sur Twitter le ministre. «Rappelez-vous quand vous étiez en sixième vous-même, a-t-il dit à l’attention des internautes qui propagent le «hashtag». Vous comptiez sur la bienveillance de tout le monde. Alors soyez bienveillants à votre tour, soyez des vecteurs de fraternité, soyez des ambassadeurs contre le harcèlement. Dites à tous les élèves nés en 2010, à tous les élèves de 6e : bienvenue au collège.»

«Les enfants de 2010 sont devenus une cible»

«Personne n’aime les 2010», «brigade contre les 2010», «hors de ma vue les 2010»… Si la plupart des phrases trouvées çà et là sur les réseaux sociaux peuvent sembler puériles, certaines s’avèrent plus inquiétantes, appelant à «afficher» (filmer puis mettre en ligne) ou violenter ces jeunes élèves. Plusieurs références propres à cette jeune génération sont brandies par les harceleurs : ces derniers accusent notamment les enfants de 10 ans d’avoir un comportement toxique sur le jeu vidéo Fortnite, véritable carton chez les jeunes.

Face à ce phénomène qui prend de l’ampleur, la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE) s’est alarmé dans un communiqué intitulé «Les enfants de 2010 sont devenus une cible : la FCPE demande au gouvernement d’agir en urgence !». «Si les faits étaient marginaux depuis novembre 2020, le phénomène a largement dépassé les cours de récréation ou les altercations à la sortie des établissements, là où des personnels éducatifs peuvent encore repérer et agir», peut-on lire.

Auprès de nos confrères de BFMTV, Hugo Martinez, président de l’association Hugo! qui lutte contre le harcèlement scolaire, craint une «escalade de haine», pointant un mouvement «révélateur de notre société». «C’est très grave, on en vient à discriminer quelqu’un sur son année de naissance. Où va-t-on?», se demande-t-il.

Outre la publication de la vidéo de Jean-Michel Blanquer, le ministère de l’Éducation nationale a rappelé sur Twitter les numéros de deux plateformes mis en place pour lutter contre le harcèlement (3020) et le cyberharcèlement (3018).

 

Quand j’étais jeune ado dans mon école alors exclusivement féminine, les deux grandes vedettes de l’époque étaient Jean-Paul Belmondo et Alain Delon.
Ils étaient aussi irrésistibles l’un que l’autre, dans deux styles différents.
Leur cote parmi nous était sensiblement identique, avec des variantes en fonction des rôles qu’ils endossaient.
Le temps a passé.
Jean-Paul Belmondo s’est avéré être  un personnage diablement attachant…
Son sens de l’amitié, sa personnalité sympathique, son panache, son regard respirant la bonté et son fameux rire toujours au bord des lèvres: il a pris de l’âge en devenant de plus en plus émouvant.
Lundi soir, j’écoutais ses amis parler de lui alors que la nouvelle de son décès avait été rendue publique. 
Il y avait beaucoup d’amour dans leurs paroles…
Un hommage national lui sera rendu ce jeudi aux Invalides.
Nous devions bien cela à notre « Magnifique »…

Martine Péters