avril 2019
L M M J V S D
« Mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Animaux

La semaine dernière, la BBC a relayé une information qui, depuis, a fait le tour du monde.
Elle se déroule en Afrique du Sud, dans le Parc National Kruger où les animaux sont en principe protégés.
Cela n’a pas empêchés quatre hommes de s’y rendre armés pour chasser le rhinocéros.
Seulement cette fois, tout ne s’est pas passé comme ils l’avaient prévu.
L’un d’eux aurait été renversé par un éléphant et dévoré par des lions.
Ses comparses ont filé et ont prévenu la famille du disparu qui a alerté les autorités du parc.
L’équipe partie à sa recherche n’a retrouvé que son crâne et son pantalon.
Depuis, une enquête a été ouverte et les trois rescapés arrêtés.
Ils sont accusés « de possession d’armes à feu et de munitions sans permis, de braconnage et d’intrusion ». 
Selon le WWF, l’éléphant comme le rhinocéros est une espèce en voie de disparition, victimes tous les deux de la convoitise des braconniers et de leur insatiable appétit d’ivoire qui cause la mort de 20 000 à 30 000 pachydermes par année.
Alors, au risque de paraître sans coeur, je dois avouer que lorsque les animaux se rebellent,  je ne suis pas au bord de la crise de larmes.

Martine Péters

La journée touchait à sa fin.
Je procédais au « retour à la maison » des poules tandis que Pomme folâtrait dans le jardin.
Le soleil terminait sa course et n’allait pas tarder à se coucher…
Six de mes sept protégées étaient déjà installées, mais l’une d’elles manquait à l’appel.
Plume était toujours dans le jardin, à deux mètres de l’enclos, et batifolait, l’air de ne pas y toucher.
– Bon, Plume, dis! Tu viens? Tout le monde est déjà rentré!
Elle s’est arrêtée, me regardant bien en face, et commençant à me tenir un long discours dont j’aurais adoré comprendre le sens…
Sa démonstration d’oratrice s’éternisait lorsque Pomme, qui se rapprochait de moi en reniflant tout ce qui lui tombait à portée de truffe, a eu une réaction à laquelle je ne m’attendais absolument pas.
En une fraction de seconde, elle s’est trouvée à hauteur de Plume qui n’en a pas peur et qui continuait son discours.
 Mais au lieu de la renifler comme elle en a  l’habitude, elle s’est dressée sur ses pattes arrière, et, en se laissant retomber, a frappé le sol de ses deux pattes avant, juste devant ma poulette effarée qui a détalé à toute vitesse en direction du poulailler.
En deux bonds elle était perchée au milieu de ses copines à qui elle a expliqué avec véhémence la frayeur qu’elle venait de vivre.
Il ne me restait plus qu’à fermer la porte après leur avoir souhaité bonne nuit.
Mon  Mogwaï continuait sa balade comme si de rien n’était.
Elle ne l’avait pas touchée, mais avait eu ce geste qui ressemblait curieusement à celui de quelqu’un tapant du poing sur la table pour signifier que, cette fois, c’en est trop.
Jamais elle n’avait agi de la sorte par le passé.
Ahurie, je l’ai regardée:
– Enfin, Pomme… qu’est-ce que tu m’as fait, là?!
Elle a arrêté sa promenade, m’a regardée, une patte en l’air, a jeté un oeil en direction du poulailler et est rentrée tranquillement sous la véranda.
Elle avait accompli sa mission de « chien de berger ».
Ou chien de poules, à choix.

Martine Péters

Au début de l’hiver, les deux tourterelles qui fréquentent notre jardin ont disparu.
Je n’avais jamais entendu dire que les tourterelles turques migraient… j’ai donc été un peu inquiète de ne pas les voir revenir.
Mais voici quelques jours, un matin, j’ai vu deux silhouettes familières voler gracieusement et se poser sur la pelouse.
Elles étaient revenues…
En me documentant, j’ai appris que, comme je le pensais, les tourterelles turques ne migrent pas, contrairement aux tourterelles des bois.
Lorsque les grands froids arrivent, elles se réfugient dans les villages ou les villes, revenant dans les campagnes lorsque la température est moins fraîche.
Les oiseaux reviennent, les feuilles des rosiers repoussent, les arbres bourgeonnent…
Je redeviens impatiente…

Martine Péters